Wonderland, le royaume sans pluie (Birthday Wonderland)

Keiichi Hara, 2019 (Japon)

La fable écologique a son charme. Keiichi Hara joue sur la pluralité des décors et l’émerveillement qu’ils suscitent. Les couleurs vives partout éclatent à l’image. Traversée sur une passerelle scintillante tissée par une araignée besogneuse, voyage à travers une prairie d’amarantes crête de coq jusqu’à une cité noire comme un XIXe siècle industriel, ou encore rencontre d’une armée de grands moutons, d’un pélican rose qui ne l’est pas moins et de chats douaniers, sans oublier la maison suspendue d’un magicien sur un pic de montagne, le Royaume sans pluie se veut riche en paysages et en rencontres. Au point que le scénariste même parfois force un peu le récit (le passage précipité dans l’atelier de l’alchimiste), mais une ellipse, un peu d’humour et ça passe. L’aventure bien sûr rappelle beaucoup les dessins animés des studios Ghibli et peut-être plus particulièrement Le royaume des chats (Morita, 2002) : la jeune fille, l’autre monde et toute l’influence de Lewis Carroll, les transformations de la jeune fille en chat et, plus anecdotiques, les images d’une tour avec escaliers en spirale qui fait porte dimensionnelle.

Mais outre le message écologique et l’apprentissage des responsabilités d’une jeune fille, ce qui nous touche davantage se trouve dans des choses plus insignifiantes. Peut-être un peu à la manière de Si tu tends l’oreille (Yoshifumi Kondô, 1995), le réalisateur de Miss Hokusai (2015) captent des gestes et des moments « inutiles » qui renforcent notre appréhension du réel dans le film et qui certainement aussi notre empathie pour les personnages. En effet, Keiichi Hara prend le temps pour une tartine sur laquelle on étale du beurre puis de la confiture comme s’il s’agissait d’une madeleine dont il fallait donner le souvenir. Il s’attarde également sur une vieille mère épuisée d’avoir trop tricoter. Il ne se prive pas non plus de ménager Akané, son héroïne, en lui accordant une sieste plongée dans la laine d’un mouton ou le loisir de collecter des coquillages au fond d’un lac. Avant même de basculer dans le Wonderland de l’alchimiste et de son apprenti pour sauver le prince de lui-même et le royaume de la sécheresse, Keiichi Hara fait durer quelques plans sur la maison d’Akané où le jardin est dessiné de façon réaliste et précise (on retrouve là le sens du détail de Miyazaki pour les fleurs et les végétaux). Cette maison et son jardin baignés de printemps, un petit-déjeuner appétissant, le chat qui s’étire, finalement on n’aura aucun mal à comprendre où se trouve le pays des merveilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*