The Predator

Shane Black, 2018 (États-Unis)

On ne peut pas s’attaquer à The Predator. Ou disons qu’il y a des films ratés avec lesquels on ne peut pas être complètement méchant. Car sur ce film ce n’est pas l’enthousiasme de Shane Black qui a fait défaut, ni les moyens mis à disposition, ni tout à fait le scénario qu’il faudrait regretter. On ne peut même pas vraiment reprocher les faiblesses d’écriture qui font partie du plaisir direct pris par ses auteurs. Déjà coauteurs sur The monster squad en 1987, Shane Black et Fred Dekker bricolent en effet un scénario qui ne se tracassent pas des détails et qui font la part belle aux scènes d’actions et à la traque des uns par les autres et inversement.

« On nous offre un chouette bac à sable pour jouer. Allez viens, soyons des gosses à nouveau, éclatons-nous ! » (de Black à son pote Dekker)*

Néanmoins, contrairement à ce qu’il y avait marqué sur l’emballage, la suite promise du Predator de McTiernan (1987) par celui qui à ses heures de gloire pouvait se prévaloir d’avoir été à la fois le scénariste de L’arme fatale (Donner, 1987) et The last action hero (McTiernan, 1992), puis le réalisateur de Kiss Kiss Bang Bang en 2005, n’est pas réellement celle (la suite, pas le réalisateur) qu’on aurait pu apprécier. Le problème avec Predator, c’est qu’il n’y a que la première bestiole (en 1987) a avoir jamais connu la liberté, a avoir pu gambader comme elle l’entendait dans la jungle sud-américaine. Les autres extraterrestres (Predator 2 et Predators en 1990 et 2010) comme celui de Black restent définitivement bloqués dans une cage cadenassée par les producteurs et les financiers (Davis, Silver, Gordon).

Cette suite avec article se tient-elle malgré tout ? Plutôt… mais à condition de ne pas chercher la petite bête au milieu des aliens à dreadlocks et mandibules à dard (pas le cinéma le plus marquant mais pourquoi pas un film à voir pour se délasser, quoique…). Et lors d’une scène sur un terrain de sport avec pelouse, surgissent de drôles de grosses bêtes entre les pattes des Predators tous formats, des chiens à dreadlocks aussi gonflés que les chiens modifiés du Hulk de Ang Lee (2003). Difficile avec ça de cacher plus longtemps les pics frénétiques et les fosses à inspiration du scénario…

Pourtant, certaines idées retiennent aussi l’attention. C’est le cas par exemple de cette fête de Halloween un peu sous-exploitée (coupes au montage ?). De même, le personnage du gamin associé à une bande de joyeux gros bras inspire quelques situations assez sincères : on repense à The last action hero et plus récemment au trop peu aimé Iron Man 3 (scénarisé et réalisé par Shane Black). Enfin, avec sa galerie d’acteurs sans charisme, The Predator passe à côté du buddy movie façon années 1980 qui aurait pu nous régaler. D’autant que ces gros bras jouent la folie mais les dialogues en sont dépourvus. Shane Black, qui n’a probablement pas dû contrôler grand chose du film fini, laisse donc un film faussement débridé, pas inintéressant, pas vraiment divertissant. Shane « Hawkins » Black cherchait-il à rendre des comptes ?

* Entretien pour Rockyrama n°20, sept. 2018. 80 pages consacrées à Shane Black.

En DVD, Blu-Ray, Blu-Ray 4K Ultra HD, Steelbook, coffrets Predator et VOD depuis le 20 février, édité par 20th Century Fox. Voir sa page Facebook.

2 commentaires à propos de “The Predator”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*