Souviens-toi de ton futur, visages de l’agro-écologie

Enora Boutin, 2017 (France)

ÉVEILLEURS de DORDOGNE

Le documentaire fait l’effet d’une bouffée d’air frais pris en pleine campagne au printemps. Ces visages de l’agro-écologie sont autant de bonshommes et de bonnes femmes parfois inquiets, mais plein de bon sens, aux parcours difficiles, mais toujours bataillant, questionnant et se questionnant sans céder à la crise et à la dépression qui gangrènent les métiers de l’agriculture. Le film croise quatre portraits et retrace des choix de vie, parfois sur plusieurs générations : un horticulteur reconverti en producteur de purin d’orties, un éleveur de brebis, une paysagiste et une vigneronne périgourdine. Enora Boutin livre avec une grande simplicité les témoignages de ces paysans, de ces gens de la terre, qui rapportent les prises de conscience et les mutations de leurs activités. Elle rend compte des mutations de l’agriculture en partant de la base, de ceux qui la pratiquent, et cela, ce qui constitue la grande qualité de son film, avec une énergie et un optimisme communicatifs. Souviens-toi de ton futur rappelle l’avenir auquel il faut penser et dont il faut se soucier mais confectionne ses semis en suivant des pratiques du passé, en refaisant les gestes et utilisant de la matière que certains lobbys ont tenter de faire oublier et parfois ont fait interdire. Aucune radicalité toutefois, même pas forcément du « bio ». Tous pratiquent à leur façon une agriculture de la raison plutôt que raisonnée. Tous font de l’agro-écologie une manière d’être et de vivre, dans l’observation de la nature et son respect, avec la volonté de bousculer le modèle qui a dominé depuis les années 1950 et qui a fait les ravages que tous reconnaissent, jusqu’aux politiciens qui n’agissent pas, ou pas assez, ou pas assez vite. Tous ces gens ont voulu « trouver un accord entre leurs convictions et leur vie ». Le documentaire raconte leurs conversions : diminuer la quantité d’intrants, trouver des produits de substitution aux pesticides, pratiquer le pâturage tournant ou la couverture végétale, s’investir dans la biodynamie… Donner à la terre du temps. Même si parmi les personnes rencontrées il n’y a pas d’agroforestier, le documentaire fait aussi l’esquisse d’un terroir viticole (Monbazillac), de deux jardins entre Périgord et Causses (celui de L’Albarède par exemple) ; il donne donc à voir une certaine diversité des paysages des campagnes de Dordogne. Souviens-toi de ton futur est un premier long métrage pleinement lié à l’actualité (les décisions anti-pesticides prises ces derniers mois par les communes à la suite de l’interdiction décidée par le maire de Langouët en mai 2019), il est surtout sensible et profondément humain. Quant à Enora Boutin, si ses prochains sujets l’inspirent autant, ses réalisations seront à suivre.

Une réponse à “Souviens-toi de ton futur, visages de l’agro-écologie”

  1. Voilà un documentaire qui doit faire parfaitement le complément avec le film de Bergeon, s’appuyant sur une agriculture aux pratiques vertueuses contre le modèle destructeur mondialisé et productivité. Bergeon choisit, pour forme de dénonciation, le récit d’une tragédie individuelle et personnelle. Ce document s’intéresse à d’autres voies, au retour du bon sens. Les deux se rejoignent quoiqu’il en soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*