Les aventures de Robin des Bois

William Keighley, Michael Curtiz, 1938 (États-Unis)

Proche de Ivanhoé (Richard Thorpe, 1952) qui lui emprunte son Moyen Âge en Technicolor (inventé dans les années 1930), où les seigneurs qui exercent une mauvaise justice et accablent les populations d’impôts trop lourds sont punis et les serfs fidèles récompensés, Les aventures de Robin des Bois est un spectacle plaisant qui participe avec éclat à la mise en image d’un mythe.

A la fin de l’année 1192, de retour de Terre Sainte, le roi d’Angleterre Richard Cœur de Lion est fait prisonnier par le duc d’Autriche et l’empereur germanique Henri VI. Dans son royaume, Jean sans Terre, soutenu par Guy de Gisborne et les barons normands, s’empare de la régence et en profite pour lancer des persécutions contre les Saxons. Un seigneur, Robin de Locksley, s’y oppose et refuse de rompre son allégeance envers Richard Cœur de Lion. Archétype du jeune héros, fougueux et insolent, Robin renonce à ses biens et s’en va organiser une joyeuse rébellion depuis la forêt de Sherwood. Aidés par des amis de basse condition (des paysans, le moine Frère Tuck, le bandit Petit Jean…), il détrousse les riches et redistribue le butin aux pauvres. Le prince des voleurs est merveilleusement incarné par Errol Flynn, cheveux ondulants, fines moustaches et sourire quelles que soient les circonstances. En collants verts et tunique assortie, l’acteur sautille un peu à la manière de Gene Kelly dans Les trois mousquetaires (George Sidney, 1948), ils sont tous deux animés de la même impétuosité ; il manque à Errol Flynn toutefois l’agilité du danseur et l’art de ce dernier pour transformer les combats en de véritables chorégraphies. Riant à gorge déployée, les mains sur les hanches, les compagnons de Robin sont de bons vivants. Durant leur fête, les tournebroches sont nombreux et, même si le gibier est braconné, ils font bombance sans éprouver la moindre gêne. Il est difficile de croire qu’après de tels festins, ces joyeux drilles trouvent encore de l’énergie pour bondir du haut des arbres ou se balancer aux lianes. A l’opposé, les opposants normands, qui habitent le sombre et massif château en pierre de Nottingham (les murs sont gris et les intérieurs très peu ornés), sont lâches (le shérif en particulier) et perfides. Le duel à l’épée qui oppose Robin au vil Guy de Gisborne est une séquence magistrale, en particulier lorsque les deux adversaires, durant un instant, ne sont plus que des silhouettes sur un pilier dans la grande salle du château*. Par ailleurs, Robin, passé au filtre hollywoodien, tue son adversaire avec noblesse. Sans une goutte de sang versé devant la caméra. Il s’abstient en effet de lui trancher la tête, de piquer celle-ci à la pointe de son arc et de la défigurer au couteau comme cela est décrit dans la Gest of Robin Hode, une ballade du XIVe ou XVe siècle**. Richard Cœur de Lion revenu (incarnation de l’autorité et figure paternelle), l’ordre est rétabli (le bon seigneur est reconnu lorsqu’il est capable de rendre une bonne justice). Les traîtres sont écartés et Robin part au bras de la filleule du roi Lady Marianne. William Keighley, puis Michael Curtiz (le style du premier a été jugé trop léger par les studios qui ont préféré le remplacer) créent avec Les aventures de Robin des Bois le film de cape et d’épée par excellence !

* « Ce superbe plan permet une rapide définition de quelques règles du mouvement expressionniste -force est de dire que le style du Hongrois Michael Curtiz, arrivé aux États-Unis en 1926 après un séjour de quelques années en Autriche, doit beaucoup au cinéma allemand de cette époque ». Télédoc, Les aventures de Robin des Bois, Scéren, Cndp.

** Rodney H. Hilton, « Robin des bois a-t-il existé ? » dans Les collections de L’Histoire, n° 36 juillet- septembre 2007, p. 35.

En complément : dans une étude réalisée pour le Cndp, Loïc Joffredo analyse dans le détail et dans son rapport à la couleur la séquence qui opposent pour la première fois Robin aux félons lors du banquet organisé au château (importance du Technicolor, ambiance chromatique, opposition entre les personnages, symbolisme des couleurs…).

4 commentaires à propos de “Les aventures de Robin des Bois”

  1. La légende de Robin Hood (jointe aux images d’Epinal dues à Walter Scott dans son Ivanhoé) permet de donner de Richard Ier, dit Richard Cœur de Lion, l’apparence d’un roi de justice que son peuple chérit et dont il attend le retour avec impatience.

    Or, la réalité est bien différente : certes, né à Oxford, Richard réunit apparemment les traits de la figure du roi-chevalier héroïque, ce dont témoignent sa façon de guerroyer avec panache contre le sultan Salah ed-Din (Saladin) en Syrie-Palestine, sa victoire inattendue à Arsuf, et sa lutte contre le roi de France Philippe Auguste en faveur du maintien des positions de la dynastie anglo-normande dans ses nombreuses possessions à l’intérieur de notre Hexagone. La vérité est en effet que toutes ces guerres le tinrent souvent et pour de longues périodes éloigné de son royaume, qu’il s’y montra très rarement et que nombre de ses sujets lui en firent grief. Ce qui n’empêcha pas le peuple britannique de lui ériger une belle statue équestre, à Londres, près du Parlement dans le quartier de Westminster.

    Reste que l’Histoire retiendra qu’il commit de nombreuses erreurs en soutenant par exemple Guy de Lusignan dans ses ambitions pour demeurer roi de Jérusalem, alors que ce dernier était quand même responsable de la ruine du royaume en question, et contre l’avis assez éclairé de Philippe Auguste qui soutenait un candidat de grande valeur en la personne de Conrad de Montferrat, qui avait su protéger la ville et le port de Tyr des attaques de Saladin. Lusignan avait perdu ses droits à occuper le trône de Jérusalem, des droits qu’il tenait seulement de son épouse, la reine Sybille, décédée pendant le siège de Saint-Jean-d’Acre. Richard fut finalement contraint de reconnaître Conrad comme héritier de la couronne de Jérusalem quand Guy de Lusignan trépasserait.

    Prisonnier des Autrichiens puis des Allemands, il commet l’imprudence d’accepter une allégeance personnelle à l’Empereur germanique pour recouvrer sa liberté.

    Puis, il en fait une bien plus grande encore en désignant son frère Jean, connu sous le nom de Jean Sans Terre, comme son héritier, ce qui s’avérera être un choix désastreux.

    On est bien loin de l’image très lisse que la légende de Robin Hood veut nous donner de ce roi.

    Je ne dirai rien de Robin des Bois lui-même, qui n’est qu’une figure réunissant visiblement les traits de plusieurs personnages des XIIIe et XIVe siècles connus pour avoir été des hommes au caractère frondeur et faisant plus ou moins l’admiration des classes populaires puis suscitant l’intérêt de plusieurs écrivains.

    François Sarindar

  2. Un autre Scott dresse un portrait de Richard tout à fait différent de celui de Keighley, peut-être plus proche de la réalité (?), dans le Robin de Bois sorti en 2010.

    Le roi Richard incarné par Sean Connery en 1991 (Robin des bois de Reynolds) a encore quelque chose à voir avec celui idéalisé en 1938. D’ailleurs, ne trouve-t-on pas dans la représentation de ce personnage les mêmes qualités que celles du roi Arthur d’après les images que nous en donne Hollywood ? A fortiori, quand on retrouve dans les traits de ce dernier, ceux de Sean Connery (Lancelot, Zucker, 1994)…

    On peut ajouter à la liste de ces bons rois Richard celui dont Peter Ustinov doubla la voix dans le Robin des Bois de Disney (1973) : un lion magnifique et plein de force qui marie Robin et Marianne et qui porte un habit ressemblant, on hésite, au manteau de croisé ou à celui d’un dignitaire ecclésiastique.

  3. L’épreuve du pont que l’on trouve dans les romans de chevalerie est ici tournée en dérision (d’une autre manière toutefois que dans Sacré graal). Robin échoue en effet lamentablement alors que l’épisode est censé témoigner du courage du héros (le film l’a cependant déjà plus tôt démontré et de belle manière dès ses premières apparitions face à Guy de Gisbourne et face à Jean). Ainsi, Petit Jean qui garde le pont (un tronc d’arbre posé au-dessus du cours d’eau) fait meilleure démonstration au bâton que Robin qui se retrouve désarmé, ridiculisé et à l’eau. Rien de grave. Le ton est léger, tous rigolent et Robin est le premier à se moquer de lui. Plutôt que le courage, c’est l’humour de Robin qui est ici mis en avant. Bien des Robin des bois reprendront aussi ce passage de différentes façons mais toujours dans cette intention.

  4. Héroïque résistance sylvestre avec la jolie Olivia de Havilland, sœur de Joan Fontaine, qui apparaît ici avec une tenue propre à chaque séquence dans laquelle elle apparaît et que l’on avait déjà vue par ailleurs dans Capitaine Blood (du même Curtiz et déjà aux côtés de Flynn en 1935) ou La charge de la brigade légère (du même Curtiz et à nouveau aux côtés de Flynn en 1936), Quatre au Paradis (Curtiz & Flynn, 1938), Les conquérants (Curtiz & Flynn, 1939) et quelques autres en compagnie des mêmes, ainsi qu’un film de Michael Anderson avec Liv Ullmann qui se déroule au IXe siècle et qui nous rend assez curieux, Jeanne, papesse du Diable de 1972.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*