Le péril jeune

Cédric Klapisch, 1995 (France)

J’ai vu ce film au ciné en février 1995, durant des années lycée faites de bandes de potes, d’amusements continus, d’engagements velléitaires et d’amourettes. Ici, la bande de potes, Momo, Chabert, Bruno, Léon* se retrouve à la maternité pour l’accouchement d’une amie. Le père, Tommasi (Romain Duris dans son premier rôle) faisait partie, dix ans plus tôt, de leur groupe de lycéens. Il est mort. Ces retrouvailles sont l’occasion de se rappeler les bons moments passés en classe de terminale. A travers les joyeuses turbulences de ces camarades de jeu, même si le propos n’est pas tant politique, le film nous replonge dans l’ambiance des années 1970, quand la jeunesse mue par le récent souvenir de mai 68 manifestait contre le gouvernement en place et le chômage grandissant.

Le grand Chabert-Vincent Elbaz est tordant : dans sa chambre faisant du foot avec un pouf au lieu de réviser, ou imitant un champion de tennis passé au ralenti. Ailleurs, le jamais très assuré Jackie Berroyer entraîne Tommasi et Bruno dans son repaire de hippies et leur présente quelques chevelus, (comme cet homme en empathie avec la nature mais habite boulevard Saint-Michel). On se retrouve encore à déconner au fond de la salle de cour avec ces énergumènes que les professeurs classeraient immanquablement parmi les éléments perturbateurs.

Cédric Klapisch saisit aussi cette jeunesse dans toute sa spontanéité (spontanéité que l’on retrouve ailleurs dans sa filmographie, dans Chacun cherche son chat en 1996, L’auberge espagnole ou Les poupées russes en 2002 et 2005) et dans son insouciance. La façon de filmer parvient à préserver cette fraîcheur (caméra à l’épaule ou au plus près de l’acteur). Le péril jeune est empreint de nostalgie car le point de vue sur ces adolescents est celui des adultes qu’ils sont devenus. Au lycée, ces amis ne se projettent pas beaucoup dans l’avenir sauf à quinze jours du bac. Sauf Tommasi qui lui est un peu à part, isolé tout en étant le cœur du groupe. Il est dans ce squat de baba cools et de drogués comme dans une cellule. On ne voit pas mourir Tommasi, on voit juste son visage et son expression changée, le ciel en arrière-plan. La caméra est fixe et lui disparaît.

Tous les acteurs sont justes (les rôles féminins sont un peu moins présents que ceux des garçons mais tout aussi épatants : Julie Ann-Roth -excellentes répliques dans le parc sur le physique des filles qui se font violer- Hélène de Fougerolles et Elodie Bouchez) et chaque personnage existe. Au final, on regrette peut-être un peu de ne pas avoir vécues ces années 1970, mais l’on se retrouve tous dans cette attachante bande de jeunes…






* Nicolas Koretzky, Vincent Elbaz, Julien Lambroschini, Joachim Lombard.

  • Facebook
  • RSS Feed
  • Twitter
  • Google
  • LinkedIn

2 réflexions au sujet de « Le péril jeune »

  1. Même si je n’ai pas non plus connu cette époque 70s, on imagine cette liberté qu’il pouvait y avoir ! « Love, Peace or Else » on rit de voir ces jeunes révoltés qui ne se prennent pas encore au sérieux, on est jeune on en profite. Ce film m’a plu tout d’abord pour la bande-son, et ensuite malgré les années, les jeunes ne changent pas vraiment d’attitude, on est nostalgique de cette époque. Un Vincent Elbaz fan de Rocheteau et de l’AS St Etienne, qui fait du « sport » dans sa chambre au lieu de réviser son Bac et criant « Allez les Verts! » Cela ne change pas vraiment de maintenant…

  2. Tout comme vous, je garde un excellent souvenir de ce film qui fut à la fois, drôle et décalé et très touchant sur la jeunesse qu’il n’est jamais facile de filmer avec justesse sans tomber dans la caricature. Romain Duris dont c’était la première apparition était déjà très bon .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *