La Kinopithèque, florilège 2011

F l o r i l è g e 2 0 1 1

Le classement pour l’année 2011 est établi mais il y a des vides à combler. Parmi les films à voir  : Carnage (Polanski), A dangerous method (Cronenberg), Pater (Cavalier) ou L’art d’aimer (Mouret). Des films retenus, trois ont des réalisateurs américains, deux allemands, deux français, un danois, un espagnol, un italien. En ces temps de crises en série, peut-on se risquer pour cette sélection à un « Vive l’Europe ! » ?

Quid de l’Asie en 2011 ? 2010 fut riche d’excellents films asiatiques, mais cette année ? Un de nos chroniqueurs retient Kim Jee-woon (J’ai rencontré le diable). Quoi d’autres ? Un petit Ghibli (Arriety d’Hiromasa Yonebayashi), un Tsui Hark Détective Dee) et un remake de Takashi Miike (Hara-Kiri)… Pas grand chose. Le voleur de lumière d’Aktan Arym Kubatdu qui vient du Kirghizistan et qui par ses bonnes critiques nous rend plutôt curieux. On passe sur la tentative du producteur Luc Besson d’éclairer la situation birmane (The Lady)…

Évoquons à part tous les films difficilement visibles car peu distribués dont, cette année, notre collaboration avec les étudiants de Preview pour le Festival des 3 continents nous a donné un aperçu.

Et parmi les films sélectionnés, nous trouvons un certain équilibre : certains développent des formes expressives éblouissantes et d’autres à l’inverse très modestes, certains font de quelques individus leur sujet et d’autres embrassent toute l’humanité, enfin certains traitent de ce que nous sommes et d’autres de ce dont nous rêvons. Les deux premiers films de la liste, eux, se dispensent de tous ces choix et sont tout à la fois.



Benjamin

1- The tree of life (Terrence Malick)
2- Melancholia (Lars Von Trier)
3- La piel que habito (Pedro Almodóvar)
4- Pina (Wim Wenders)
5- The artist (Michel Hazanavicius)
6- Super 8 (J. J. Abrams)
7- Drive (Nicolas Winding Refn)
8- La grotte des rêves perdus (Werner Herzog)
9- Habemus papam (Nanni Moretti)
10- La guerre est déclarée (Valérie Donzelli)

Film-poubelle : Conan (Marcus Nispel)

_____________________________________




Romain

1- The tree of life (Terrence Malick)
2- Melancholia (Lars Von Trier)
3- Habemus papam (Nanni Moretti)
4- Il était une fois en Anatolie (Nuri Bilge Ceylan)
5- A dangerous method (David Cronenberg)
6- L’exercice de l’État (Pierre Schoeller)
7- L’Apollonide – souvenirs de la maison close (Bertrand Bonello)
8- Le gamin au vélo (Jean-Pierre et Luc Dardenne)
9- La piel que habito (Pedro Almodóvar)
10- La dernière piste (Kelly Reichardt)

Film-poubelle : /



Pas de film-poubelle cette année ; parmi la grosse vingtaine de séances auxquelles je me suis rendu, la première en date, Poupoupidou (Gérald Hustache-Mathieu), a été la moins époustouflante. Mais c’est un film de genre agréable et je ne suis pas sûr que son réalisateur voulait faire plus que cela.
J’ai donc pris beaucoup de plaisir à voir ce qui s’est fait en 2011, si bien que je ne suis pas du tout sûr de mon classement, et des œuvres qui m’avaient enthousiasmé à leur sortie se voient repoussées hors du top 10 (les pourtant réussis Black swan, The artist…).

Les seuls reproches que j’ai formulés cette année (sur Un amour de jeunesse ou Drive) portent sur les partis pris des réalisateurs eux-mêmes, pas sur une éventuelle maladresse, ces films restant au moins pour moi intéressants à critiquer…

Deux constats aussi : le sentiment d’avoir vu deux, voire trois chefs-d’œuvre (le podium de mon classement), et une certaine réconciliation avec la production francophone (Dardenne toujours, mais aussi Schoeller, Bonello, le plaisant film de Mouret, ou dans une moindre mesure le Guédiguian).

Films manqués qui auraient pu changer la donne : Incendies (Villeneuve), Pater (Cavalier), Contagion (Soderbergh)…

_____________________________________



Étienne

1- Incendies (Denis Villeneuve)
2- The fighter (David O. Russell)
3- Drive (Nicolas Winding Refn)
4- Black swan (Darren Aronofsky)
5- J’ai rencontré le diable (Kim Jee-woon)
6- This must be the place (Paolo Sorrentino)
7- Polisse (Maïwenn)
8- La planète des singes: les origines (Rupert Wyatt)
9- The company men (John Wells)
10- True grit (Ethan et Joel Coen)

Film-poubelle : L’aigle de la neuvième légion (Kevin Macdonald).



Année pas mal au niveau des sorties, surtout dans le premier semestre. J’ai eu sans doute un gros loupé cette année : The tree of life. Pour le florilège, il manquerait peut-être également le dernier film de David Cronenberg, A dangerous method.
_____________________________________



Pierre

1- Melancholia (Lars Von Trier)
2- The tree of life (Terrence Malick)
3- La dernière piste (Kelly Reichardt)
4- Drive (Nicolas Winding Refn)
5- Le gamin au vélo (Jean-Pierre et Luc Dardenne)
6- Essential killing (Jerzy Skolimowski)
7- L’Apollonide – souvenirs de la maison close (Bertrand Bonello)
8- La piel que habito (Pedro Almodóvar)
9- Black swan (Darren Aronofsky)
10- Il était une fois en Anatolie (Nuri Bilge Ceylan)

Film-poubelle : /



L’exercice est toujours aussi difficile et passionnant. Un vrai truc de cinéphile. Pas de film-poubelle pour moi non plus cette année ; le film le plus faible sur un plan formel, parmi les très nombreux films vus, fut sans doute Les neiges du Kilimandjaro, trop généreux par ailleurs pour être flanqué à la poubelle. Je n’ai pas non plus adhéré plus que ça au dernier Garrel, Un été brûlant… Mais de là à parler de « film poubelle »… On en est très loin. Une pensée poubelle pour Intouchables, pas vu par ailleurs.

J’ai pris également beaucoup de plaisir à voir ce qui s’est fait en 2011. Très belle année. Mais le classement aurait été probablement différent composé à un autre moment (y compris à deux heures d’intervalle…). Je ne suis sûr que de la première place, Melancholia constituant pour moi le gros choc de l’année. Une pensée pour quelques grands absents de mon top 10 : The artist, Hors Satan, Détective Dee, Tomboy, L’art d’aimer et j’en oublie probablement. Une pensée aussi pour quelques probables très bons films non (encore) vus : L’étrange affaire Angelica, Habemus papam, Super 8, Pater, A dangerous method, Donoma, Le cheval de Turin et d’autres, qui auraient aussi probablement été en mesure de bousculer ma hiérarchie perso.

13 commentaires à propos de “La Kinopithèque, florilège 2011”

  1. Romain : je suis étonné de voir L’exercice de l’État dans ta sélection. Il ne nous apprend pas grand chose sur la politique (les pressions, les utopies, les impossibles concessions, la toute puissance des mots…). D’un autre côté, c’est vrai que Schoeller excelle dans la forme. Il sait captiver et même intriguer (le prélude sous la forme d’un rêve tout droit sorti d’Eyes wild shut).

    Et où est Une séparation d’Asghar Farhadi ?

    Etienne : le Sorrentino et le Wells m’intriguent, car je les ai vus ailleurs dans les listes faites pour l’année. Sur The fighter, je reste plus perplexe, même si les performances sont certainement incontestables. Incendies est un film choc, je comprends que tu l’ai placé si haut.

    Pierre : je découvre tes goûts (et ton appétit sans fin vu la liste de tes regrets). Merci pour ta participation cette année.

  2. Bilan comptable 2011: 73 films visionnés et une bonne soixantaine que j’ai globalement bien aimés. Conclusion: je suis bon public.

    Voici mon classement, mon « TOP-10 » très personnel (comme vous tous)

    1- The tree of life
    2- Black swan
    3- The fighter
    4- Le discours d’un roi
    5- Warrior
    6- Polisse
    7- Melancholia
    8- Shame
    9- Drive
    10- A dangerous method

    Film-poubelle: Real steel (forcément…), mais pas trop loin aussi La casa muda, si creux, et Le dernier des templiers, bon gros nanar.
    Bon cinéma en 2012 !

  3. Pour comparer avec l’ensemble de nos classements : exit Almodóvar (quel dommage !), mais tu nous rejoins sur 5-6 autres films, dont les deux premiers.

    Comme Romain, je suis convaincu que le Malick et le von Trier sont des chefs-d’œuvre. Pourtant, ils n’apparaissent pas si souvent dans les tops 10 que j’ai pu consulter. Et sur les blogs, les avis concernant les 10 meilleurs films me paraissent même plus éclatés que les années passées.

    Parmi les poubelles, Real steel, tu es sûr ?

  4. Pour moi Antichrist, le précédent von Trier est un pur chef-d’œuvre et j’attendais beaucoup de Melancholia qui n’est pour moi « qu’un » très bon film (des longueurs tout de même !).

    Real steel est absolument imbuvable. Moi qui finalement apprécie bien la série des Transformers (excellents divertissements réalisés de main de maître), surtout le premier, je m’attendais à un gros déluge de fer, d’acier, de métal, de boulons et de pistons hydrauliques… C’est un film tout gentil, rempli de tous les clichés possibles et imaginables qui puent les bons sentiments, la morale, le patriotisme, la famille, les bonnes valeurs… On peut exactement dire ce qui se passe à l’avance : le loser alcoolo, ex star de la boxe qui a mal tourné, est rempli de dettes et pense se refaire avec des combats minables de robots… Il délaisse son fils dont il va avoir la garde et, grâce à lui, il va se remettre en question et évidemment tout gagner avec une happy end et une bande sonore bien ricaine des plus insupportables. Tout ce que je déteste !

  5. L’exercice de l’État a été en effet diversement apprécié. J’ai lu avec déception les trois lignes qui expédient ce film à la trappe dans le numéro des Cahiers de décembre (« le film de Schoeller ne nous explique rien… »). Et pourtant, deux mois après l’avoir vu, je reste assez confiant quant à ma bonne opinion. Il n’explique rien, en effet, mais il exprime beaucoup, il exprime de façon très marquante cette violence fondamentale du personnage du politicien contemporain, monstre pulsionnel et viril qui a besoin de toute une équipe de comm’ pour le rendre plus civil, pour répandre l’illusion qu’il est un homme réfléchi, alors qu’il n’est mu que par ses désirs (un personnage primaire, infantile). Il aurait mérité un article en fait…

    C’est aussi un peu dommage qu’Habemus papam n’ait pas été honoré d’un article – la faute à moi sûrement puisque je lui fais atteindre les sommets de mon classement.

    Pour Une séparation, il s’est retrouvé tout juste après mon top 10 ; en te lisant, j’ai quelques regrets de ne pas l’avoir placé ici ; mais sa mise en scène étant moins originale que celle de ses concurrents (la subtilité de son scénario est pour beaucoup dans sa réussite), j’ai dû le rejeter.
    Je te remercie aussi de trancher dans notre conflit avec Pierre, qui ne cesse de me répéter que Melancholia est un cheveu au-dessus de The tree of life (comme convenu, mon virement sur ton compte bancaire sera opéré par Paypal).

  6. de biens jolis top… même si je ne suis pas aussi enthousiaste que vous sur Habemus papam
    et Les bien aimés, le meilleur film de l’année, ne figure dans aucun de vos tops ???!!! 😉

  7. @ Antoine : je souhaite aussi au blog De son cœur… (dit comme ça, ça fait un peu Arlequin)… le vampire (donc) de passer une excellente année. Je vois que vous avez pour l’instant poursuivi votre analyse sur Kubrick + Bird + Cronenberg, et non proposé comme partout le paresseux top 10.

    @ Romain : pour ce qui est de nos deux premiers films, l’appel vers la lumière s’est imposé ! De ces deux beaux objets de réflexion, la différence se fait également par l’émotion suscitée, bien plus forte pour moi du côté de Malick.

    @ PhilSiné : et pourtant, nous avions pris l’habitude de défendre le cinéma d’Honoré, mais Les biens aimés est un film auquel je n’ai pas cru (première séquence manquée, Ludivine Sagnier à côté du rôle… Seul le couple mère-fille, Deneuve-Mastroianni fonctionne vraiment).

  8. 1-DRIVE (Nicolas Winding Refn)
    2-MINUIT À PARIS (Allen)
    3-CARNAGE (Polanski)
    4-BLACK SWAN (Aronofsky)
    5-THE ARTIST (Hazanavicius)
    6-LA PIEL QUE HABITO (Almodovar)
    7-MÊME LA PLUIE (Icíar Bollaín)
    8-PINA (Wenders)
    9-CHICO ET RITA (Fernando Trueba)
    10-ANIMAL KINGDOM (David Michôd)
    11-LE DISCOURS D’UN ROI (Hooper)

    Pas loin derrière, La guerre est déclarée, The tree of life, True grit, ou encore I wish I knew.

    Pas de film poubelle, mais les plus bas auront été La quattre volte, Omar m’a tuer, De l’eau pour les éléphants.

    Pour revenir sur mon classement, très varié en terme de sujets, catégories et nationalités de réalisateurs : il reflète certainement mon sens de la curiosité et mon goût pour la diversité ! Souhaitons que 2012 soit tout aussi riche.

    Pour info, j’ai vu J. Edgar (boaring), The descendants (fort intéressant) et Take shelter (époustouflant, certainement plus simple d’approche que Melancholia ou The tree of life, en tout cas au-dessus pour moi !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*