LA KINOPITHÈQUE AVEC LE 35E FESTIVAL DES 3 CONTINENTS

Festival des 3 continents - 35 e édition


35e FESTIVAL de cinéma des 3 CONTINENTS
du 19 au 26 novembre 2013

-cinémas d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie-




Chaque année depuis 1979, à la fin du mois de novembre à Nantes, le FESTIVAL DES 3 CONTINENTS propose des films de fictions et documentaires, d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie.

Cette spécialisation géographique, pionnière en son temps, ne résume pas l’identité du Festival : elle est une des formes de ce qui l’anime et le distingue : la passion et la curiosité, le goût de la découverte et des rencontres, l’amour des films du Sud et la volonté de les servir.


Troisième rendez-vous pour La Kinopithèque avec ce festival des cinémas africains, latino-américains et asiatiques. Troisième occasion de s’ouvrir à d’autres films mais aussi à d’autres critiques puisque les pages du site seront l’occasion aux étudiants de l’Université de Nantes de nous faire partager leurs expériences de cinéphiles. Comme l’an passé, seront présentés les films en sélection et autant que possible ceux diffusés en séances spéciales.



LES FILMS en compétition :
‘Til madness do us part (Feng Ai) de WANG Bing (Chine, 2013)
36 de Nawapol THAMRONGRATTANARIT (Thaïlande, 2012)
Au revoir l’été (Hotori no sakuko) de Koji FUKADA (Japon, 2013)
Bending the rules (Ghaedeye tasadof) de Behnam BEHZADI (Iran, 2013)
El mudo de Daniel VEGA & Diego VEGA (Mexique, Perou, 2013)
Je ne suis pas lui (Ben o degilim) de Tayfun PIRSELIMOGLU (Turquie, 2013)
Our Sunhi (U ri sunhi) de HONG Sang-soo (Corée du Sud, 2013)
Poor folk (Qiong ren, lui lian, ma yao, tou du ke) de MIDI Z. (Birmanie, Taïwan, Thaïlande, 2012)
Sopro de Marcos PIMENTEL (Brésil, 2013)



L’édito de Jérôme Baron et Charlotte Garson :

« Dureté et délicatesse : les films de la sélection 2013 combinent de manière a priori paradoxale une porosité au monde, à ses violences, et un goût sophistiqué pour les approches obliques, les plaisirs de l’indirect. Corruption d’Etat dont les conséquences s’insinuent jusque dans le corps familial (El mudo), oppression d’une génération par une autre (Bending the rules), confusion entre l’institution psychiatrique et la claustration mentale (‘Til madness do us part), gangstérisme (Poor folk), clandestinité forcée des migrants (L’escale, Rêves d’or), violence incomprise à l’adolescence (Leçons d’harmonie) : nul besoin de s’en tenir au documentaire pour trouver des portraits d’hommes et de femmes en lutte, en résistance, ou simplement en situation de survie. Sans plier devant la sécheresse hautaine du constat ou les conventions naturalistes, la fiction elle aussi cherche à porter des visions qui disent encore ce que peut le cinéma.

De l’ensemble du programme émane pourtant un souci récurrent – et enthousiasmant – de tenir ensemble matière filmée et mise en scène. Même dans Sopro, ode contemplative à un mode de vie presque disparu, cadrage et montage dépassent la seule exposition d’un « sujet ». Inversement, chassés-croisés amoureux de Hong Sangsoo (Our Sunhi) et Koji Fukada (Au revoir l’été) comme ceux des premiers films 36 ou Les Jours d’avant ne correspondent jamais à un désengagement du monde. Leur modestie formelle ne doit pas tromper : la « petite forme » y est l’habit bien ajusté d’une acuité psychologique et existentielle qui n’a que faire d’effets ostentatoires. Il y a par ailleurs dans les deux derniers titres cités une habileté à faire interférer l’émotion du souvenir et la fragilité des formes qui construisent notre mémoire.

C’est dans cette patience sensible que les cinéastes les plus expérimentés qui nous rendent visite cette année retrouvent les gestes des débutants. Là où le jeune Yang Zhengfan s’appuie sur la durée dans le cadre strict de l’unité du plan (Distant), son aîné Wang Bing (Montgolfière d’Or 2012 pour Three sisters) utilise la durée pour atteindre, dans un lieu de pur enfermement (un asile psychiatrique), une bouleversante immersion dans l’intimité d’hommes perdus pour la société. Tsaï Ming-liang, qui annonce Stray dogs comme son dernier opus, tient à distance l’idée même de récit en plaçant au centre de son film une fresque murale qui vaut à la fois comme l’ailleurs du cinéma et comme sa ruine splendide ; entre les deux, une famille perdue dans un monde qui ne la reconnaît plus. La présence conjointe de nouveaux talents et de réalisateurs qui ont marqué l’histoire du festival – et du cinéma en général – promet un échange fructueux dont, on l’espère, le public nantais sera une fois encore partie prenante. »






LES FILMS en sélection officielle hors-compétition :
Big boy de Shireen SENO (Philippines, 2012)
Distant (Yuan fang) de YANG Zhengfan (Chine, 2013)
L’escale de Kaveh BAKHTIARI (Suisse, Iran, 2013)
Leçons d’harmonie (Uroki garmonii) de Emir BAIGAZIN (Kazakhstan, 2013)
Les chiens errants (Jiao you) de TSAÏ Ming-liang (Taïwan, 2012)
Les jours d’avant de Karim MOUSSAOUI (Algérie, 2013)
Rêves d’or (La jaula de oro) de de Diego QUEMADA-DIEZ (Mexique, 2013)
Viola de Matías PIÑEIRO (Argentine, 2012)




Site du Festival des 3 continents



Un lien vers les ressources pédagogiques mises en place par le festival pour les films suivants : Un transport en commun de Dyana Gaye, L’été de Kikujiro de Takeshi Kitano, Puisque nous sommes nés de J-P Duret et A. Santana, Djomeh de Hassan Yektapanah, Copacabana de Martin Rejtman, La frontera infinita de Juan Manuel Sepulveda, La route de Darejan Omirbaev, District 9 de Neill Blomkamp, Chungking Express de Wong Kar-wai, La zona de Rodrigo Pla, Gare centrale de Youssef Chahine, Los olvidados de Luis Buñuel, Cabeza de Vaca de Nicolas Echevarria, Paprika de Satoshi Kon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*