La dernière vague

Peter Weir, 1977 (Australie)


On connaît plusieurs films du réalisateur australien Peter Weir comme Le cercle des poètes disparus (1990) ou Master and commander (2003) mais sa contribution au cinéma fantastique est quelque peu oubliée aujourd’hui. La dernière vague relate l’histoire d’un jeune avocat David Burton (interprété par Richard Chamberlain, eh oui ! le héros de la fameuse série des années 1980 Les oiseaux se cachent pour mourir) chargé de défendre cinq Aborigènes accusés de meurtre sur un membre de leur communauté. Très vite, il comprend que cet assassinat est rituel et qu’il pourrait y avoir un lien avec des perturbations climatique sur le pays. Un cataclysme de grande ampleur n’est-il pas à prévoir ?

La culture aborigène tient une grande place dans ce film. Peter Weir montre comment cette société tribale est peu à peu absorbée par les grandes villes côtières de l’Australie et touchée par les fléaux qui l’accompagnent comme la violence ou l’alcoolisme. La magie vaudou et les prophéties des Aborigènes font le lien avec le fantastique.

La dernière vague ayant déjà plus de trente ans, on peut lui reprocher des effets spéciaux, d’ailleurs très discrets, plutôt dépassés. Il en va de même pour le suspense. De plus, il est vrai qu’il n’est parfois pas sans longueurs. Pourtant, ce film regorge de qualités : l’histoire est vraiment originale, l’intrigue est bien menée et la photographie est superbe. En bref, un long métrage qui ravira les amateurs d’étrange, tout comme d’ailleurs le second film du même Peter Weir, Pique-nique à Hanging Rock, réalisé deux plus tôt.

2 commentaires à propos de “La dernière vague”

  1. Richard Chamberlain est aussi l’interprête du personnage principal de la série Shogun qui a marqué ma jeunesse : une des premières séries où l’on parlait du Japon et de ses premiers contacts avec l’occident, avant que l’Empereur n’interdise aux Européens d’y mettre les pieds pendant de nombreuses années…

  2. Malheureusement j’étais trop claqué pour voir le film en entier hier soir, mais il y a des séquences proprement géniales (et que personnellement je trouve assez flippantes) dans ce que j’ai vu.
    La séquence avec le sorcier au début, wah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*