King rising, au nom du roi

Uwe Boll, 2006 (États-Unis, Allemagne, Canada)

King rising est un parfait nanar. Si vous êtes à la recherche de chevauchées épiques, de grands films historiques aux batailles immenses, à l’occasion d’un brin heroïc-fantasy, si cette chronique peut vous éviter de perdre deux heures…

Avant tout, ne vous laissez pas berner par le casting : Jason Statham (Braquage à l’anglaise, R. Donaldson, 2008), John Rhys-Davies (le Gimli du Seigneur des anneaux, P. Jackson, 2001), Ray Liotta (Les affranchis, M. Scorsese, 1990), Ron Perlman (Hellboy I, G. del Toro, 2004), Burt Reynolds (Délivrance, J. Boorman, 1972…), Claire Forlani (Rencontre avec Joe Black, M. Brest, 1998), Kristina Loken (Terminator 3, J. Mostow, 2003)… Tous viennent ici chercher leur cachet.

King rising (de son titre original In the name of the king – A dungeon siege tale) s’inspire du jeu vidéo Dungeon siege, mais aussi très largement du Seigneur des anneaux (les orques sont remplacés par de risibles Krugs, les magiciens sont aussi présents, un paysan va devenir roi, un peuple des forêts…). Pourtant le royaume imaginaire d’Ehb n’a rien de comparable avec la Terre du milieu… Mais alors rien de comparable. On assiste à une pitoyable tentative épique, mais l’ensemble est du niveau d’un téléfilm pour ados !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*