Jugatsu (San tai yon ekkusu jûgatsu)

Takeshi Kitano, 1990 (Japon)




Réalisé entre Violent cop (1989) et A scene at the sea (1991), Jugatsu est le deuxième métrage de Kitano-san. Les composantes propres à l’univers du cinéaste japonais se mettent en place : Jugatsu offre un bouquet d’humour, de violence et de bouts de quotidien. Seule la musique est manquante. Kitano n’a pas encore rencontré Joe Hisaishi…

Masaki (Masahiko Ono) joue au baseball mais il est mou et inefficace. Au boulot c’est la même chose. Il travaille dans un garage. Il est censé laver les voitures et faire le plein mais sa lenteur ne fait pas de lui l’employé modèle. Et lorsqu’un yakuza (forcément !) constate son manque de vivacité à la tâche, Masaki se fait frapper. Ses ennuis avec le gang de yakuzas commencent à peine et l’histoire lui réserve aussi une rencontre amoureuse avec une fille discrète, un périple jusqu’à Okinawa et l’aide recherchée d’un autre yakuza, Uehara, aux mœurs sexuelles un peu bizarres et « peu aimable » envers sa compagne (« Beat Kitano »). Lors de brèves et brutales tueries, un certain nombre se fait dérouiller, notamment lorsque les coups de feu partent d’un bouquet de fleurs, des oiseaux du paradis d’où la mort jaillit. Dans Jugatsu, surtout dans la première demi-heure, tout nous surprend : humour (le pantalon écossais du yakuza), violence (rixes et disputes, accidents et meutres), cadrages (l’art de placer les protagonistes sur l’image) et mouvements de caméra (sur le terrain de baseball ou lors des déplacements de la moto). Kitano accorde souvent des pauses loufoques à ses personnages : le couple d’amoureux amené sur la jetée par un pêcheur amusant ; ailleurs, ils sont toujours en bord de mer en compagnie du criminel Uehara et, comme dans Sonatine (1993), la plage devient pour eux aire de jeux.

Jugatsu n’est pas aussi accompli que Sonatine. Il me paraît même en être une ébauche. Toutefois, sentimental et cruel à la fois, il plaît presque autant.

Une réponse à “Jugatsu (San tai yon ekkusu jûgatsu)”

  1. – jugatsu est octobre.
    – san est trois et yon est quatre. Cela au moins je le sais.

    ekkusu est la prononciation phonetique de « X » en japonais.

    Exactement, le titre voudrait dire :
    3 à 4 (c’est un score de baseball) en octobre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*