Je vous ai compris

Franck Chiche et Georges Fleury, 2012 (France)

Sur la guerre d’Algérie, la télévision a produit plusieurs films de qualité inégale. Le documentaire de Gabriel Le Bomin et Benjamin Stora par exemple, Guerre d’Algérie : la déchirure (2012), verse dans le sensationnaliste (à cause d’une musique sinistre et incessante et à cause du ton exagérément grave qu’emploie Kad Merad à la lecture du texte de Stora). La guerre d’Algérie de Peter Batty (1984), qui traite les faits de manière aussi complète, conserve au contraire une distance qui convient mieux avec le sujet.

Je vous ai compris est une fiction et leurs auteurs, F. Chiche et G. Fleury, n’ont pas pour ambition de raconter à travers leur scénario toute la guerre d’Algérie. Ils se concentrent sur la fin de la guerre et plus particulièrement sur la période du putsch des généraux (21-26 avril 1961). Les personnages suivis ont pour point commun de tous appartenir à la même génération. Ils n’ont pas trente ans. Il revient alors aux réalisateurs de tenter de rendre compte de la complexité de la situation en adoptant leurs différents points de vue : un jeune soldat de l’Armée française, un photographe boiteux qui s’engage dans l’OAS, une fille de Harki partisane du FLN… Ces jeunes gens ont un autre point commun : ils subissent tous cette guerre de décolonisation et finissent par agir contre leur gré. Tous se perdent et ceux qui ne meurent pas s’en sortent avec amertume et désillusion.

Seulement, on ne s’attache à aucun personnage et, sur les événements, loin des documentaires évoqués plus haut, le téléfilm ne nous apprend rien. Le parti pris esthétique est d’ailleurs assez dérangeant. Il s’agit d’un « film graphique », tourné en rotoscopie (aussi décliné sous la forme d’une BD papier et d’une e-BD conçue pour être vue sur différents écrans). Les réalisateurs citent Valse avec Bachir (Folman, 2008) ou Persépolis (Satrapi et Paronnaud, 2007) comme modèles. Mais si ces films d’animation politiques suscitent un réel enthousiasme, le téléfilm, lui, malgré tous les efforts de la production, nous laisse indifférent. Le titre même est étrange. « Je vous ai compris » fait référence au fameux discours du général de Gaulle le 4 juin 1958 mais on ne comprend pas très bien ce qu’il signifie ici. Après quatre années de guerre, le discours répétait la souveraineté française en Algérie et essayait de concilier tout le monde. Il n’annonçait pas grand chose, rien pour ainsi dire. Je vous ai compris a tenté de donner un visage à une génération qui aurait été sacrifiée par la guerre : restons-en à l’intention.






Dvd édité le 23 janvier 2013, distribué par Arte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*