It’s a dream

Mahmoud Ghaffari, 2012 (Iran)




DE L’ONIRISME À LA MISÈRE

Mhamoud Gahffari compte déjà à son actif une quinzaine de courts métrages, parfois primés, et deux séries diffusées sur la télévision iranienne. Après de nombreuses collaborations avec des réalisateurs tels que Bahman Ghobadi et Reza Mirkarimi, It’s a dream est son premier long métrage de fiction.

Le manque d’argent, les inégalités, la fuite du temps sont autant de thèmes abordés dans It’s a dream. Dans ce mélodrame, l’héroïne, Roya, se démène pour prospérer au sein d’un petit système pyramidal. Elle compte sur son bagout pour l’aider à gravir les échelons et étendre son réseau. Mais une lourde dette la rattrape et son affaire s’enlise jusqu’à l’entraîner dans un cercle vicieux. It’s dream colle à son époque et dépeint une aventure encrée dans le quotidien. Ce qui lui arrive renvoie directement à un problème propre à tout un pan de la société. Par ces échos, l’histoire de cette jeune femme acculée en ressort plus forte, plus réelle et plus poignante.

Le film prend la rue pour décor et visite la ville dans un style dépouillé. La justesse des plans et le talent des acteurs servent la poésie des images de Ghaffari. Quelques interludes oniriques sont imprégnés d’une lumière pale et diffuse jaillissant sur les personnages : des moments de grâce déconnectés des problèmes extérieurs. Les inégalités sociales ne sont jamais montrées du doigt et transparaissent au travers des situations rencontrées par Roya. Parfois l’esthétique du film tend à la crudité documentaire. Sans interruption la caméra accompagne les protagonistes pendant de longues séquences se retirant parfois pour ne pas les gêner dans leurs déplacements. Ce procédé donne une profondeur particulière à de nombreuses scènes.



Donatien Quelquejay pour la 34e édition du Festival des 3 Continents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*