Green zone

Paul Greengrass, 2010 (États-Unis, Royaume-Uni)

Matt Damon encore une fois dans un film d’action… La formule ne commence-t-elle pas à lasser ? Durant l’invasion américaine de l’Irak en 2003, le sous-officier Roy Miller est à la tête d’une équipe spéciale chargée de trouver les sites secrets où sont entreposées les armes de destruction massive prétendument cachées par le régime irakien. Les échecs répétés des recherches vont le pousser à se poser des questions sur la réalité de la chose. Il va ainsi tout faire pour trouver la vérité tout en étant traqué par les services secrets américains et les rebelles irakiens.

C’est  Paul Greengrass, réalisateur passionné d’histoire et de géopolitique (Bloody sunday en 2004, Vol 93 en 2006)* qui a eu le privilège de réaliser le film, tiré du livre du journaliste d’investigation Rajiv Chandrasekaran (pour la première fois publié en 2007). Son but n’a pas été de réaliser un film d’action pur et simple mais de poser des questions sur un conflit qui fait toujours rage en 2010. Ainsi, de nombreux thèmes sont abordés comme sur la réalité de l’existence des armes de destruction massive et l’origine de la guérilla urbaine où sont embourbées les troupes américaines. Paul Greengrass s’est d’ailleurs aidé du témoignage de vétérans du conflit pour l’élaboration du film.

Encore une fois, le pari est réussi. Le scénario tient parfaitement la route. Le rythme est soutenu et haletant même sans la tension ressentie dans Démineurs (Bigelow, 2009). Les décors sont surprenants et réussis (comme l’aéroport militaire ou le centre de Bagdad). Le réalisateur a su, dans sa collaboration avec Matt Damon, éviter de faire un nouvel héros calqué sur celui de La mort dans la peau (2003). Comme quoi il est possible d’unir action et réflexion.




* Ici, la zone verte est la partie sous haute sécurité de Bagdad. Normalement, aucun ennemi ne peut l’atteindre. Ce thème était déjà présent dans plusieurs films comme dans 28 semaines plus tard (Juan Carlos Fresnadillo, 2007) où les troupes américaines créent une zone verte dans Londres.

Une réponse à “Green zone”

  1. J’ai bien aimé car impeccablement réalisé et c’est tout sauf un film d’action pur et dur : le fond est bien plus important que la forme. Mais la forme : assez époustouflante reconstitution de Bagdad, il me tarde de voir le making-of pour savoir comment ils sont parvenus à un tel résultat ! Après le propos est un peu simplifié (c’est une fiction, donc il faut que ça reste compréhensible) mais le message est là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*