Le goût des autres

Agnès Jaoui, 1999 (France)

Démonstration moraliste et appuyée, Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, qui écrivent ensemble depuis Cuisine et dépendances de Philippe Muyl (1993), dessinent néanmoins un réseau d’histoires personnelles crédibles et attachantes. Bacri en patron d’entreprise prêt à signer un gros contrat, Chabat son chauffeur (est-ce que son nom, Deschamps, ne dit pas tout de sa « simplicité » ?), Gérard Lanvin le garde du corps employé pour l’occasion, Jaoui en serveuse dans le troquet du quartier, etc. Dans les milieux professionnels (où chacun s’épanouit différemment) et le monde de la culture (l’ami artiste peintre de Jaoui, la troupe de théâtre où Anne Alvaro en incarnant Bérénice touche Bacri), les opinions préconçues abondent. Avec répétition, par la réalisation et les dialogues, Jaoui et Bacri coincent le spectateur en soulignant un détail chargé d’amener vers une idée fausse puis élargissent leur plan ou leur sujet pour révéler la feinte. Ainsi, parmi la multitude d’exemples qui pourraient être cités, lorsque Chabat est face à Jaoui dans le café, le spectateur pense à l’infidélité de la serveuse vis-à-vis du chauffeur, puisqu’elle l’a trompé avec Lanvin. Mais, devant Chabat, Lanvin vient embrasser Jaoui. En fait, le malheureux personnage de Chabat est au courant et l’histoire avec la serveuse déjà ancienne. L’ellipse comprise, le spectateur corrige sa méprise. La façon de faire déclinée dans chaque scène (le trompe-l’œil est permanent) pourrait agacer. Ce serait toutefois négliger le plaisir supérieur de voir le groupe d’excellents acteurs qui a été réuni (Ann Le Ny, Brigitte Catillon, Wladimir Yordanoff, Christiane Millet dont le jeu rappelle fortement celui de Catherine Frot). Ce serait surtout négliger l’humour que les rôles de Chabat, Millet et Bacri suscitent bien malgré eux. On rit et pour cela Le goût des autres est une des études de mœurs les plus plaisantes à revoir dans la filmographie Jaoui-Bacri*.






* Comme une image, 2004, Parlez-moi de la pluie, 2008.

Une réponse à “Le goût des autres”

  1. Alors là, j’adooooore ce film, je le trouve drôle et touchant à la fois, je l’avais vu au ciné à sa sortie. Le trio Bacri/Chabat/Lanvin est juste parfait, et de nombreuses scènes sont tordantes : Chabat qui raconte au téléphone son accident pour éviter l’oiseau qui « était pas bien », la réplique sur l’absence de penalty, le décompte des conquêtes de Lanvin face à un Chabat médusé… Excellent !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*