Florilège 2021

3 f i l m s pour 2021

et de 1 à 10 :

1- First cow de Kelly Reichardt
2- Memoria d’Apichatpong Weerasethakul​
3- Le dernier duel de Ridley Scott
4- West Side Story de Steven Spielberg 
5- Petite maman de Céline Sciamma
6- La fracture de Catherine Corsini
7- Les sorcières d’Akelarre de Pablo Agüero
8- Annette de Leos Carax
9- Old de M. Night Shyamalan
10- France de Bruno Dumont

On peut ajouter deux prix combinés « candeur et sympathie » pour Mandibules de Quentin Dupieux et Les 2 Alfred de Bruno Podalydès, ainsi que deux mentions spéciales « nouveau genre » pour Benedetta de Paul Verhoeven et Titane de Julia Ducournau.

 

Des rattrapages à prévoir : avant tout Madres paralelas d’Almodóvar, et plus tard peut-être La nuée de Just Philippot ou Teddy de Ludovic Boukherma et Zoran Boukherma ou d’autres qui pourraient m’être suggérés…

6 commentaires à propos de “Florilège 2021”

  1. Belle sélection. Je suis loin d’avoir tout vu.
    Une suggestion de film : Los lobos, un film mexicain de Samuel Kishi.
    Curieuse d’avoir ton avis sur Madres paralelas.
    Très bonne année 2022 à toi,en espérant que le cinéma ne soit pas trop impacté par la situation sanitaire.

  2. J’ai raté les deux premiers, me suis laissé bluffer par le troisième. J’aurais bien vu ton 4 à une place moins ingrate.
    Quant à France, je regrette de n’avoir pas de chronique à lire pour soutenir ce choix car je dois avouer que c’est sans doute ma pire expérience de cinéma l’année passée.

    • France plutôt que Kaamelott côté nanar à tes yeux ? J’ai bien quelques lignes quelque part sur ce Dumont et c’est un film qui me laisse encore indécis. Je ne sais pas sur quel pied danser, contrairement au Spielberg bien sûr. Donc mes notes restent pour l’instant manuscrites (comme Ma Loute d’ailleurs que j’avais adoré mais sur lequel j’ai bien du mal à écrire). Il est dans ce florilège malgré tout car la matière politique est rare au cinéma en France et même à prendre au premier degré le discours sur les médias ne me paraît pas vain, connu mais pas vain. De plus, le travail poursuivi par Dumont sur les visages n’est pas loin de me fasciner (après Camille Claudel). Enfin, je ne peux écarter ici la possibilité d’un film toujours en recherche d’humanité. Voilà, du coup, France, quoi.

  3. Loin d’avoir tout vu moi aussi, malgré mon intérêt pour les films de Reichardt. D’accord avec le Spielberg (!) mais aussi sur le Podalydès et le Verhoeven. Moins enthousiste sur Titane et sur le Carax dont j’ai aimé l’ouverture mais moins le reste. Faut que je fasse mon top aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*