Complot de famille (Family plot)

Alfred Hitchcock, 1976 (États-Unis)

Les motos d’Easy rider traversaient les écrans de cinéma (Hopper, 1969) et avec le vrombissement de leur moteur les dissidences du Nouvel Hollywood s’exprimaient. Nombreux sont les cinéastes qui dans les années 1970 décrivaient à travers des œuvres non conformistes une société méfiante ou miséreuse [1]. A la fin de la décennie, le conflit vietnamien était exploité dans de violentes charges contre la politique américaine et, à l’opposé, une autre tendance de cet Hollywood renaissant réinventa le grand spectacle au cinéma [2].

C’est dans tout ce chambardement qu’Hitchcock est mort. Il tournait dans les années 1920 en Angleterre (The lodger, 1926), vécut la révolution du parlant (Chantage, 1929), puis celle du Technicolor (La corde, 1948), expérimenta la 3D avec le port de lunette (Le crime était presque parfait, 1954). Mais dans les années 1970, la critique le délaissait (L’étau, 1969, Frenzy, 1972). Complot de famille, son cinquante-troisième et dernier film, est loin pourtant d’être une vieillerie marginale et se rattache par bien des aspects au nouvel élan hollywoodien.

Pour sa production, Hitchcock s’entoure de sa propre équipe formée de personnes qui avaient déjà travaillé avec lui [3] et d’autres non. Parmi les acteurs, alors que le projet porte encore le titre de Deceit (« tromperie »), ses premiers choix se tournent vers du sang neuf : Al Pacino [4] et Jack Nicholson [5]. C’est une figure aujourd’hui moins admirée, Bruce Dern, qui décroche le rôle de George Lumley [6]. Pour la musique, Herrmann n’était pas disponible car il était en train de composer pour Scorsese (Taxi driver, 1976). John Williams, qui commençait à faire parler de lui (Les dents de la mer, 1975), se vit donc confier la partition.

Pas de famille modèle, ni de héros préformaté parmi les personnages, seulement un couple de petits escrocs de la voyance grugeant de plus gros truands dans une ambiance assez peu glamour (Bruce Dern et Barbara Harris face à William Devane et Karen Black). Le ton du film et les allusions scabreuses qui parsèment les dialogues entre George et Blanche s’accordent tout à fait avec les libertés de l’époque (George lassé de la nymphomanie de sa compagne lui rétorque : « I’m sick and tired of having you hang me by the crystal balls »). Hitchcock ne néglige jamais le sérieux de la mise en scène (le labyrinthe du cimetière ou Blanche enfermée dans le garage avec les vrais criminels en sont deux beaux exemples), mais il ne lésine pas non plus sur l’humour [7] et cela jusqu’au pastiche d’un de ses propres films (La main au collet, 1955). Sur la corniche, Grace Kelly et Cary Grant sont remplacés par le grimaçant George qui tente de contrôler une voiture sabotée tandis que sa partenaire lui saute au cou terrifiée.

Pour finir, une bizarrerie et un plan extraordinaire. Pourquoi Karen Black met-elle donc la perruque blonde dans le réfrigérateur ? Et le clin d’œil malicieux de Barbara Harris à la fin du film, devenant la terminaison magnifique d’une filmographie géniale et parfaitement moderne.






[1] Kubrick (Orange mécanique, 1972), Coppola (Conversation secrète, 1974), Pakula (Les hommes du président, 1976), De Palma (Carrie, 1976)…

[2] Coppola après Lucas et Spielberg (La guerre des étoiles, 1977, Rencontres du troisième type, 1978, Apocalypse now, 1979).

[3] Le scénariste Ernest Lehman avait écrit le scénario de La mort aux trousses (1959). Henry Bumstead est chef décorateur sur L’étau (et directeur artistique pour Eastwood : L’homme des hautes plaines, 1973, Impitoyable, 1992…).

[4] Selon Bruce Dern dans le documentaire de Laurent Bouzereau (2000). Dans ces années-là, Al Pacino enchaînait Serpico (Lumet, 1974), Le Parrain, 2ème partie (1975) et Un après-midi de chien (Lumet, 1976).

[5] Occupé à ce moment par la préproduction de Vol au-dessus d’un nid de coucou de Forman (1976). D’après P. Mc Gilligan dans Alfred Hitchcock, une vie d’ombres et de lumière, Institut lumière, Actes Sud, 2011, p. 921-922.

[6] Il est le marin de Pas de printemps pour Marnie (1964) et apparaît dans quelques épisodes de la série Hitchcock présente.

[7] A commencer par le titre : « complot » ou « caveau de famille » ?

2 commentaires à propos de “Complot de famille (Family plot)”

  1. J’ai peu de souvenirs de ce film mais je l’avais trouvé assez agréable. Après le « grand film malade » qu’était Pas de printemps pour Marnie et l’assez triste L’étau, il me semble qu’il concluait, après Frenzy, sur une note toute mineure mais néanmoins assez savoureuse, l’immense carrière de son auteur. Un petit film en forme, donc.

  2. Je trouve Pas de printemps excellent (je crois que je le préfère même à Psychose) et il termine à peine en-deçà des autres la merveilleuse série de films réalisés entre 1959 et 1964 (peut-être jusqu’au suivant ? je ne connais pas encore Le rideau déchiré).

    Et oui, pour le final savoureux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*