Les choses de la vie

Claude Sautet, 1969 (France)




Le film se compose des flash-backs répétés de l’accident et des souvenirs entremêlés de Pierre (Michel Piccoli). L’accident de voiture, l’autoroute à vive allure, le véhicule les feux éteints sur un parking. Par un simple mouvement inversé et par la musique de Sarde qui l’accompagne, l’ouverture éblouit. Pierre, homme amoureux, est rattrapé par la mélancolie de sa vie passée. Il perd Romy Schneider du regard et se laisse absorber par les choses anodines qui le troublent de souvenirs. Femme et fils réapparaissent (Léa Massari, Gérard Lartigan) et, poussé par le passé, il écrit une lettre de rupture à sa maîtresse, hésite, renonce. Son malaise, Pierre le partage avec les autres hommes racontés par Sautet, Martial (Daniel Auteuil dans Quelques jours avec moi, 1988), Vincent, Paul et les autres (1974)…

Les inventions parcourent le film. Avec une simple couverture de laine par exemple, utilisée pour un raccord à la fois sur l’objet, la composition plastique et la mise au point, Sautet bascule dans le temps en passant de l’objet fini à ses premières mailles entre les mains de Romy Schneider au soleil. Ailleurs, le mouvement d’une caméra quitte la voiture de Pierre lancée sur la route pour se précipiter dans le ciel bleu… La scène rêvée du mariage et le tour de table qui s’achève sur le chauffeur à l’origine de l’accident (Bobby Lapointe) offre un bel effet dramatique.

La sortie de route et Piccoli évanoui dans l’herbe valorise le quotidien qui précède (le dos nu de Romy et l’envie d’un baiser, un mot sur la machine à écrire…). Un peu à la façon d’Hitchcock, Sautet crée un dernier suspense (la lettre !) avant de guider son personnage au soleil, loin des choses de la vie. Le générique se clôt sur la triste Chanson d’Hélène composée par Philippe Sarde et interprétée par Romy Schneider.





A voir, à lire :
– Un livre : Sandra Marti, Claude Sautet, Rome, Gremese, « Grand cinéastes », 2004.
– Un article du net : Rodolphe Marion de Procé, Le Cinéma de Claude Sautet sur Il était une fois le cinéma.
– Un documentaire : Claude Sautet ou la magie invisible de N.T. Binh, 2002.

4 commentaires à propos de “Les choses de la vie”

  1. La deuxième fois, on perçoit mieux les mouvements.

    La fuite en arrière et l’appel du passé (les images à l’envers, la maison des souvenirs).

    Un très bref et brusque retour vers l’avant (renoncer à la lettre, envisager le mariage) que, pourtant, un travelling avant annule (mouvement de caméra qui anticipe l’accident, se précipite sur le bas côté de la route et dans le ciel).

    L’accident ancré au milieu du film à la cinquantième minute. Dans la dernière partie qui commence comme la première avec cet accident (monté à l’endroit cette fois), plus aucun mouvement. Tout est bloqué. L’énorme embouteillage des badauds ridicules. Pierre couché dont l’esprit s’évade. Léa Massari incapable de bouger. Romy Schneider abandonnée.

  2. Un très beau film malheureusement un peu oublié il me semble, tant on en parle peu. Le réalisateur a fait l’objet dernièrement d’une rétrospective intégrale à la cinémathèque de Paris, et c’est une très bonne chose !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*