Batman

Tim Burton, 1989 (États-Unis)




L’ENVOL DU MONSTRE
Tim Burton remet en forme le super-héros de cinéma qui avec Superman s’était vite et dangereusement essoufflé (Superman IV de Sidney J. Furie, 1987). Le monde de Burton étant ce qu’il est, c’est un mythe lunaire que le réalisateur adapte avec le personnage de l’homme chauve-souris. Le territoire de ses aventures, la ténébreuse et monumentale Gotham City, est semblable à Metropolis (Lang, 1925)*. Les thèmes que composent Danny Elfman pour accompagner le justicier sont inquiétants (par contraste Prince est chargé de toutes les musiques dansantes). Contre toute attente, Michael Keaton (à peine démaquillé de Beetlejuice, 1988, et jusque-là habitué aux comédies) endosse le costume noir.

Au détour d’une ruelle, un couple et un enfant sont victimes d’une agression. Au-dessus d’eux, une ombre qui les fixait se déplace. Bruce Wayne revit par cette scène le meurtre de ses parents et Burton en une transposition elliptique raconte la naissance du héros. Batman ne peut intervenir auprès de la famille car deux temporalités se confondent : le propre passé de Bruce et sa traumatisante réminiscence. Batman ne répare pas (de l’impossibilité d’empêcher le meurtre de ses parents), il punit.

SCHIZOPHRÉNIE LATENTE
Le scénario crée une relation intime entre Batman et Jack Napier devenu Joker (Jack Nicholson). Ses auteurs font de Napier, quand il avait encore toute sa figure, l’assassin des parents de Bruce. Le justicier masqué naît donc de ce crime originel. De même, Batman crée lui-même son ennemi (l’épisode de la cuve d’acide). Et, lors du face à face final, une réplique assemble définitivement les deux moitiés : « Je t’ai fait, mais toi tu m’as fait le premier ». La poursuite dans le vertigineux clocher de la cathédrale (vu tantôt en contre-plongée de l’extérieur tantôt en plongée de l’intérieur) assure la réunion des deux opposants costumés : la caméra ne les cadre jamais ensemble que dans cette scène. De plus, le décor à cet endroit imite celui célèbre de Sueurs froides (1958), film dont la duplicité constitue un thème essentiel. Cette fois néanmoins, ce n’est plus la femme qui est double (Kim Novak dans les rôles de la blonde Madeleine et de la brune Judy**) mais l’homme. En effet, ce qu’accentue le montage, Vicky Vale (Kim Basinger) est partagée entre les maladresses de Bruce et l’indécente ardeur du Joker. Si Scottie (James Stewart) perd définitivement la femme dont il tombe amoureux, ce n’est pas le cas de Bruce. Au contraire de Sueurs froides, la chute qui suit l’ascension du beffroi est salutaire pour le héros qui ne se débarrasse certes pas de son ambivalence identitaire, mais bel et bien de son concurrent amoureux.


DES PISTES EMPRUNTÉES
Le thème du double éclaire aussi des éléments du film qui paraîtraient sinon manquer de sens. Wayne est un collectionneur austère. Conservateur serions-nous tentés de dire eu égard à la poussiéreuse scénographie de sa salle d’exposition (voir les armures et les costumes exotiques dans une salle du manoir). Le très coloré Joker, à l’inverse, entretient des relations très modernes avec l’art (lorsqu’il utilise Rembrandt et Degas comme supports à de délirantes inspirations « warholiennes »). Du fond de son ergastule, Batman joue avec ses caméras et sur ses écrans de surveillance pendant que Joker brise les postes de télévision, détourne les images et les arrange (fausse publicité, découpage de photographies). La réflexion amorcée autour de l’image ne mène pas loin mais oppose à nouveau le super-héros au vilain.

UN SIGNAL DANS LE CIEL
Depuis sa sortie, l’action du film s’est forcément un peu amollie (la démonstration en batmobile rétro ou sur son aile volante). Le caractère clownesque du Joker et le lent défilé carnavalesque me gênent davantage. Les défauts restent toutefois minimes compte tenu de la dimension du métrage. Tim Burton s’affirme comme un auteur grâce à cette baroque résurrection de l’homme chauve-souris et, sur la toile, lance un signal pour une nouvelle génération de super-héros***.






* En 1990, les décors urbains de Dick Tracy par Warren Beatty impressionneront à leur tour.
** Sam Raimi avait-il à la fois Hitchcock et Burton en tête lorsqu’il a mis en scène la transformation de Vénom dans le troisième épisode de Spider-man en 2007 ?
*** Dans Spider-man (2002), Raimi reprend la fête et le cortège de gros ballons gonflables pour faire intervenir son méchant bouffon. Dans The dark knight (2008), Christopher Nolan emprunte également une ou deux idées, notamment la scène où le Joker s’impose à toute la pègre locale grâce à un gag mortel (Nicholson par électrocution, Heith Ledger par l’étonnante disparition d’un stylo).

3 commentaires à propos de “Batman”

  1. Etant fan de Jack Nicholson, je retrouve ici une de ses meilleures interprétations. Il a le physique parfait pour imposer le respect au début du film, avant sa transformation. Il a le charisme qu’il faut pour rentrer dans la peau de l’exubérant Joker et le rendre attendrissant. Si si, on s’attache énormément à ce personnage. Il y a une certaine jouissance à le regarder tout foutre en l’air. Ses dialogues sont savoureux et les répliques comiques font mouche (« Où il trouve ses fantastiques jouets ? »). Ses enfantillages achèvent de déconnecter ce personnage de la réalité, ce qui finalement le rend encore plus dangereux (« Mes ballons… C’est mes ballons ! Il m’a volé mes ballons ! Pourquoi est-ce que personne ne m’a dit qu’il avait un de ces… Trucs ! Bob ? Flingue… »). Enfin j’adore le côté volontairement rétro du personnage. Par opposition au costume et aux gadgets résolument modernes de Batman, le joker utilise de vieux flingues, porte un vieux chapeau, utilise des gadgets pour enfant…

    Comme Christopher Nolan dans The dark knight (2008), Tim Burton fait un film sur le Joker, personnage passionnant, clairement le centre d’intérêt du réalisateur.

    Je me souviens encore de l’engouement, de la magie que j’avais ressentis en allant voir ce film au cinéma à l’époque. Ces sentiments sont toujours présents à chaque fois que je revois ce film.

  2. Bonsoir Ornelune, je me rappelle n’avoir pas trop aimé ce film avec Jack Nicholson grimaçant qui en fait des tonnes. En revanche de Tim Burton, c’est le deuxième que je considère comme génial, c’est le meilleur de la série tous réalisateurs confondus. La mort du pingouin m’a tiré des larmes. Bonne soirée.

  3. Le personnage du Joker dans ce film est très inspiré de la courte mais formidable BD d’Alan Moore et Brian Bolland The Killing Joke, sortie un ou deux ans avant le film. A lire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*