Au revoir là-haut

Albert Dupontel, 2017 (France)


ARNAQUE A LA COMMÉMORATION


Depuis quatre ans, chaque école a pu insister sur les commémorations, chaque classe a pu être concernée par le centenaire, les élèves ont pu s’interroger sur la présence de ces monuments dans les villes, ce qu’ils signifiaient, les noms inscrits, parfois classés, les allégories représentées et certains encore ont même participé en tant qu’acteurs aux discours des commémorations du 11 novembre. Alors, pensez, l’évocation des monuments aux morts dans Au revoir là-haut, film grand public-grands moyens, adapté qui plus est d’un prix Goncourt (Au revoir là-haut de Lemaître en 2013), paraissait tomber au moment idéal (sortie nationale le 25 octobre, le temps de s’organiser…). Et, en effet, des scènes sont consacrées à ce contexte, aux morts nombreux et à leur place à trouver dans les cimetières, à l’érection de ces blocs et de ces statues à décider, puis à dessiner, puis à monnayer… Parce qu’il commence une semaine avant l’armistice, parce qu’il traite à la fois du retour des soldats à la vie civile et des hommages politiques souhaités, le récit offre une toile de fond pédagogique tout à fait opportune. C’est pourquoi, la publicité pour le film est d’ailleurs rapidement relayée par les sites académiques, par les inspecteurs vers les enseignants, une page y est consacrée sur le site de la Mission pour le Centenaire, des plaquettes pédagogiques sont imprimées et déposées dans les casiers des professeurs des collèges et des lycées… Et le film… ne vaut pas grand chose.

Car devant cette toile de fond historique, et sur une intrigue bien trop ficelée, les acteurs s’agitent et nous fatiguent. Pire, certains comme Laurent Lafitte insupportent. Cependant, quand on va chercher les petites différences entre son personnage et celui du roman, on comprend vite qu’il a fallu, pour une raison qui nous échappe, gonfler ce méchant désigné d’une plus grande vilenie (par exemple, il est dans le film directement responsable de l’assaut qui coûte son visage à Édouard Péricourt tandis que dans le livre l’ordre d’attaquer vient de plus haut). D’autres acteurs deviennent transparents. Nahuel Perez Biscayart, privé de visage, a du mal à exister sous le regard du réalisateur. Soldat à la gueule cassée, sa force de jeu disparaît (on garde pourtant son jeu à l’esprit après avoir vu 120 battements par minute de Campillo sorti trois mois plus tôt) et la mise en scène ne fait rien non plus de son corps. Et quand il n’est plus que des yeux sans visage, la caméra se précipite sur un gros plan pour saisir une larme à laquelle on ne croit pas. Sauvons Nils Arestrup de cette distribution, posé et plus charismatique que les autres, lui existe malgré son rôle de vilain père repenti. Parmi les acteurs qui retenir d’autres ?

Sinon, les masques sont jolis… Bon et après ? Qu’ont-ils à dire à part doubler des émotions déjà facilement comprises par la situation, annoncées par les dialogues, soulignées par la musique ? Les masques ne sont plus un symbole. Certains spectateurs parlent alors de poésie… Question de point de vue. On regrette encore que les seuls regards auxquels la gueule cassée se confronte soient ceux doux, compréhensifs, d’une fillette et d’un copain de tranchée. Ce n’est qu’une autre façon de ménager le spectateur. Le film n’a-t-il vraiment rien à dire sur l’époque ? Quel contexte social ? Quel regard du passant, du commerçant, de la prostituée, du père, de la société posé sur lui ? Dupontel se concentre sur d’autres points et veut marquer. Il livre par exemple une scène de bataille qui pourra être utilisée en classe pour impressionner les élèves, car elle apporte une image plus moderne, plus colorée, plus épatante de la guerre que l’assaut du colonel Dax dans Les sentiers de la gloire (Kubrick, 1957). Quoique. Dupontel souhaite donc impressionner : la caméra se déplace sans arrêt, cherche à nous embarquer, les plans de certaines scènes sont inutilement multipliés et même les points de vue trop nombreux pour être justifiés (puisque l’histoire n’adopte qu’un seul point de vue, celui d’Albert Maillard joué par Dupontel). Le problème c’est que derrière tous ces mouvements d’appareil, ces cadrages, cette agitation, on ne voit plus que les intentions.

Aventure d’après-guerre, fable rocambolesque vaguement bouffonne, drame pris pour prétexte et merveilleux de façade, Au revoir là-haut est excessif. Vaguement cynique quand il évoque les décisions politiques, son plus gros problème est qu’il ne dit rien ou si peu. Alors, bientôt plus qu’une année de commémoration et on se pose la question : quelle est la valeur de ces films sur 1914-18 laissés durant ce Centenaire de la Première Guerre mondiale ? Cette valeur, on ira la chercher pour l’instant dans les films les plus modestes, La peur (Damien Odoul, 2015), L’odeur de la mandarine (Gilles Legrand, 2015) ou Les gardiennes (Xavier Beauvois, 2017) ; des films qui ne sont sûrement pas exempts de défauts mais abordent des situations inédites au cinéma et bousculent quelque peu nos représentations. Quant à Au revoir là-haut, si l’on cherche la gouaille et des aspects ignorés du conflit ? On se reportera au plus solide Capitaine Conan (Tavernier, 1996). Les gueules cassées ? Il y a La chambre des officiers (Dupeyron, 2000). Les morts innombrables et tout l’émoi qu’ils suscitent ? Il y a La vie et rien d’autre (Tavernier, 1988). L’humanisme ? De Gance, à Kubrick en passant par Renoir, bien d’autres films encore. Et si l’on tient malgré tout au récit d’Au revoir là-haut, il y a le livre.

  • Facebook
  • RSS Feed
  • Twitter
  • Google
  • LinkedIn

2 Replies to “Au revoir là-haut”

  1. Donc tu n’as pas aimé… du tout. Ton argumentaire a le mérite d’exposer clairement les nombreux griefs que tu adresses à cette adaptation très dupontelienne. C’est d’ailleurs sans doute à partir de là que le bloquage se fait car, contrairement à toit, j’ai aimé ce vil Pradel, j’ai aimé le jeu muet de Biscayart, j’ai aimé la petite Gavroche qui s’affranchit auprès du rayé des archives, j’ai aimé ce rond de cuir qui va fliquer le contenu des cercueils, et j’ai même aimé la tête d’ahuri de Dupontel, particulièrement quand il rend visite à Nils Arestrup. Mais j’ai aussi aimé cette toile de fond qui nous parle de la main d’œuvre chinoise exploitée par une France plus coloniale que jamais (pas vu dans d’autres films), de l’exploitation de la mémoire (pas vu dans d’autres films, pas même dans le très beau La vie et rien d’autre), des arnaques aux monuments aux morts. Sans doute tout cela était dans le roman, mais le film a le mérite d’accrocher le regard (le mien tout du moins) sur ces questions. « Au revoir là-haut » ne se substitue d’ailleurs nullement aux autres titres que tu as cités (auxquels j’ajoute le très bon Cessez le feu sorti également cette année), il propose autre chose.

  2. La petite Héloïse Balster n’a pas sa place, on ne lui fait faire que les sous-titres… Et à ce propos, c’est sûrement anecdotique, mais je ne comprends pas cette histoire de gueule cassée. Édouard Péricourt n’a plus sa mâchoire inférieure, plus de langue, plus de bouche, comment parvient-il à émettre des sons réellement « articulés » ? Tu as raison sur les travailleurs chinois, mais cette image d’ouvriers en chapeau chinois est abusivement caricaturale (même si j’ai bien trouvé en cherchant sur le sujet une photo avec des Chinois portant ces chapeaux dans un champs français en 1916… On trouve cependant aussi d’autres images au caractère moins « folklorique »). Et tout le film est sur ce fil, entre reconstitution et comédie un peu lourdingue, entre rigueur historique et franche caricature.

    Tu défends bien le film et tu as raison de le faire (ta réponse et ton article) et d’ailleurs ton idée concernant les expressions figées des masques et celles tout aussi figées des autres personnages trahissant ainsi leur ambition ou leur naïveté m’a presque convaincu. Elle permet en tout cas de mieux apprécier le personnage de Lafitte. Je comprends aussi que le film puisse séduire par certains aspects, sa truculence notamment ; la salle dans laquelle j’étais était plutôt réceptive (éclats de rire lors des dialogues ou des gags et vive exclamation lors du suicide). Mais peut-être à tort, Au revoir là-haut me laisse surtout voir les maladresses d’un auteur combinées à un calcul de producteur.

    Et pour mémoire (!), dans La vie et rien d’autre (intouchable vous dis-je !), il est bien question de cette « exploitation mémorielle » puisqu’il traite de l’hypocrisie politique (le tirage au sort du poilu inconnu !) et du marché des monuments aux morts (notamment lors de la visite de l’artiste montrant ces ébauches à Noiret).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *