10 000

Roland Emmerich, 2008 (États-Unis)

Enorme ! E-NOR-ME !!! Certainement le plus gros nanard depuis… Fort fort longtemps, c’est certain (depuis Waterworld de Kevin Reynolds en 1995 ?)… Ah mais quand même je me suis bien marré et suis sorti de la salle avec le sourire, c’est déjà ça ! Alors je sais pas pourquoi (peut-être parce que l’ « acteur » principal a de gros sourcils), mais même après avoir vu l’affiche et la bande-annonce, j’étais persuadé que c’était Colin Farrell qui jouait, donc un minimum de crédibilité… Mais non, tout faux : que des acteurs tout pourris qui jouent vraiment mal ! En plus la version française et un doublage bien hasardeux n’aident forcément pas (mais n’expliquent pas tout).

L’histoire relate une prophétie qui vient à s’accomplir: celle de « démons à quatre pattes » (bref des cavaliers, quoi…) qui viennent tuer et capturer des membres d’une tribu de chasseurs nomades et parmi les survivants se cachera « l’élu » qui délivrera son peuple. Lorsque ce jeune « élu » poursuit avec une poignée d’autres combattants sa bien-aimée capturée (il sera aidé à distance de la « vieille-mère », sorte de shaman, sage de la tribu), le film commence donc à la manière du deuxième volet de la trilogie du Seigneur des anneaux (Peter Jackson 2002), lorsqu’Aragorn, Legolas et Gimli courent sauver Merry et Pippin et trouvent des indices au fur et à mesure de leur avancée (« non sans raison tombent les feuilles de la Lorien ») avec un long périple à travers les montagnes enneigées, puis ça se transforme en vraiment n’importe quoi, un prétexte à bataille et effets spéciaux (au demeurant très réussis). Ils passeront par tous les

paysages possibles et imaginables, en gros du pôle Nord à l’Afrique, du désert de sable à la jungle… Le tout à l’époque (à peu près) de la préhistoire et des pharaons (proches des Incas dans le film, mais un peu moins crédibles tout de même que l’excellent Apocalypto de Mel Gibson, 2007… Ou devrais-je plutôt dire à des années-lumière !) : si, si j’ai vérifié c’est plausible ! Avec des mammouths et autres bêtes dangereuses…

Il y a tout de même un bon quart d’heure où on en prend plein la vue avec des effets spéciaux vraiment impressionnants (voir la bande-annonce) : la découverte des constructions de pyramides (ou quand même des mammouths domptés aident les esclaves à transporter les blocs de pierre ! Enorme je vous dis…) et la bataille/révolte qui suit. D’ailleurs, cette dernière est vite pliée : hop hop hop, on tue un ou deux gardes pour s’infiltrer dans un camp de prisonnier, on rencontre un vieux sage-aveugle qui confirme que c’est bien l’élu, la nuit la parole se répand et le lendemain c’est le soulèvement : en un quart d’heure, c’est déjà fini et j’ose pas vous raconter la fin comment c’est tout aussi énorme !

En résumé : un vrai bon gros nanard comme on en fait plus avec un budget qui a du être assez colossal ! Le pire, c’est qu’on sent que ça part vraiment d’une bonne intention et qu’il n’y a aucun second degré, ceux qui ont fait ce film y ont vraiment cru à fond… Imaginez une série Z mais avec des moyens bien plus conséquents, ben voilà ça s’appelle 10000 (10 000 quoi au fait ? Je sais plus !).

Une réponse à “10 000”

  1. Du même avis, un énorme navet qui a coûté sûrement très cher (tiens ça me rappelle un récent film français…).

    Alors des effets spéciaux, oui, un gros tigre qui en jette à mort dans la bande annonce et, au final, vu peut-être une minute dans le film… (déçu, il avait l’air sympa ce tigrou à dents de sabre…).

    Le coup des pyramides avec un dieu qui au final serait un blanc (non, non, il n’y a aucune intrigue à ce sujet ou alors la résolution est m…ique…).

    Bref ressorti de là dégouté d’avoir dépensé 7€, je serais plutôt allé m’acheter un cd, ça aurait été un meilleur investissement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*