X-files régénération (The X-files : I want to believe)

Chris Carter, 2008 (Canada, Etats-Unis)

Scully et Mulder sont de retour ! Bon, moi personnellement je n’ai jamais été fan de la série télé, je n’ai vu que quelques épisodes, et j’avais un peu toujours l’impression de voir la même chose… Je n’ai pas vu non plus le premier long-métrage, X-files Combattre le futur, signé Rob Bowman, tiré de la série et sorti il y a quelques années (1998).

Les deux célèbres « héros », sur la touche depuis pas mal d’années ou reconvertis dans d’autres activités, reprennent malgré eux leurs investigations, mais cette fois, non pas dans un domaine fantastique, mais sur une « simple » série de meurtres. Enfin, « simple » n’est pas vraiment le mot car ils vont devoir collaborer avec un étrange « prêtre pédophile voyant » (si, si !) qui les mènera sur la piste d’une sombre histoire de trafic d’organes.

L’histoire est intéressante et crédible car elle s’éloigne du domaine du fantastique et des extraterrestres pour se tourner vers un thriller plus traditionnel axé sur des pratiques médicales occultes. Le film reste dans l’ensemble relativement sombre et finalement pas grand public, avec nos deux agents constamment en proie au doute et pas forcément sur la même longueur d’ondes : de ce côté-là, c’est plutôt réussi. Je m’attendais à quelque chose d’un poil plus spectaculaire car, même si l’intrigue est réussie, il manque quand même quelque chose pour que le film décolle vraiment. Je trouve aussi que c’est un bon point de ne pas avoir cherché à refaire un épisode de l’ancienne série, mais quelque chose de plutôt différent.

Au final, ce X-files est donc dans l’ensemble un bon thriller, ni plus ni moins. A noter une courte scène assez hilarante dans un film pas vraiment tourné sur le ton de l’humour : la caméra passe devant un portrait de George W. Bush, s’y attarde un peu, et la célèbre musique, où plutôt le « jingle X-files », apparaît, genre : « voilà un grand mystère que cet homme ! ». Toute la salle morte de rire, et le film se poursuit dans un ton nettement plus austère !

Ludo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*