Témoin sous contrôle

Richard Pearce, 1999 (Etats-Unis)

J’ai été attiré par ce film pour deux raisons : la présence de Forest Whitaker, acteur incontournable, et le thème de la mafia dont je suis assez friand. Et Témoin sous contrôle, film qui n’est pourtant jamais sorti en salles est une bonne surprise.

Voici l’histoire : le mafieux Bobby Matton échappe de justesse à une tentative d’assassinat alors qu’il se trouve chez lui, au lit, en présence de sa femme et de sa petite famille. Rapidement, avec son épouse et ses deux enfants, il fuit dans un hôtel mais sait pertinemment qu’il ne pourra échapper longtemps à ceux qui veulent sa peau. Afin de protéger sa famille, il décide de se livrer au FBI et est contraint d’accepter de collaborer avec eux en participant au programme de protection des témoins. Mais il est loin de s’imaginer tout ce que cela implique : changement radical de vie, de nom, de ville… Bref, la chute de ses privilèges pour redevenir un simple citoyen, incognito.

Ce long métrage est basé entièrement sur cette remise en question fondamentale à laquelle ce mafieux n’était pas préparé. Cette famille fait d’ailleurs parfois penser à la famille Soprano de l’excellente série du même nom (créée par David Chase, 1999-2007), l’humour en moins. Car au-delà de l’aspect mafieux, c’est le combat psychologique de cet homme, de sa femme et de ses enfants (en particulier le plus grand, Sean, en pleine adolescence) dont il est question : un véritable électrochoc pour eux. Bobby est une grande gueule, un flambeur, un caïd, un macho, et repartir à zéro dans la légalité implique que son ego et son orgueil doivent être mis de côté… Pas si facile. Son épouse, qui jusqu’à présent se taisait et encaissait le revers de la médaille (être la femme d’un grand ponte de la mafia), explose et sort tout ce qu’elle a sur le cœur a propos de son mari : son égoïsme, son absence, ses tromperies… Elle qui a presque exclusivement élevé seule ses deux enfants. Vraiment, Bobby ne s’attendait pas à tout ça et est donc tiraillé entre son ancienne vie, ses habitudes de truand et sa famille qui compte finalement bien plus qu’il ne le pensait. Il est temps pour lui de faire un choix, c’est aujourd’hui devenu une question de vie ou de mort.

A l’image de Forest Whitaker, qui joue un agent du FBI très diplomate et humain, dont le rôle est la protection et la réinsertion de ces témoins, le film n’excuse en rien les actes de ce mafieux, ni ne les condamne. Il montre l’homme tel qu’il est. La performance des acteurs fait que cette famille, avec ses déchirements, devient attachante et très émouvante et Témoin sous contrôle lève le voile sur cette activité peu connue du FBI : en 1999, lors de sa diffusion à la télévision, déjà plus de 16000 familles avaient profité aux Etats-Unis de ce programme (en moyenne trois par semaine changent de ville et de nom, apprend-on).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*