P-047

Kongdej Jaturanrasmee, 2011 (Thaïlande)




Lek le serrurier, et Kong ancien script, sont deux Thaïlandais qui occupent leurs journées à pénétrer de riches demeures, non pas pour cambrioler leurs occupants, « mais pour voler leurs vies ». Ils prennent un malin plaisir, le temps d’une journée, à s’immiscer dans l’intimité de leurs victimes, revêtent leurs vêtements, fouillent leurs placards, utilisent leur douche ou dégustent un plat de leur choix. Tout cela, bien sûr, sans laisser de traces.

Ces deux âmes en peine errent dans les rues d’une ville qui semble se dessiner sous les traits de Bangkok. Un lieu indéterminé, tout comme le temps, lui aussi absent de cette histoire sans repères. La léthargie est de mise : les deux héros tournent en permanence au ralenti, ce qui ne les empêche pas de mener à bien leurs explorations de la vie des autres. Lek incarne un serrurier frustré, passé maître dans l’ouverture de portes en tout genre, à défaut d’avoir trouvé la clef de l’amour. Kong, son complice se plaît dans cette aventure permanente, qui lui permet de vivre, par procuration, des vies qu’il n’a su s’offrir. Malheureusement, ces intrusions ne semblent pas suffire à combler le vide qui habite ces deux garçons.

Une histoire dont le déroulé échappe aux codes établis de l’espace et du temps : au début, les scènes s’enchaînent dans la cohérence, puis se diffractent. Le film part donc dans tous les sens, contraignant le spectateur à assembler les pièces d’un puzzle filmé. À force d’immersions privées, Lek et Kong commettent l’irréparable : détourner le destin de l’une de leurs victimes.

P-047 explore les méandres de notre esprit à travers la perversité de l’activité de Lek et Kong, qui n’éprouvent aucune gêne à fouiller les moindres recoins de l’intimité de leurs hôtes. On se retrouve par moment dans ces personnages qui, finalement, ne font qu’exister à travers les autres, leurs propres vies ne suffisant pas à combler leurs désirs.


Jonathan Gerin, pour Preview,
en partenariat avec La Kinopithèque pour la 33e édition du Festival des 3 Continents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*