Ouvre les yeux

Alejandro Amenábar, 1997 (Espagne)

César est enfermé dans un hôpital psychiatrique pour meurtre. Nous ne savons pas de qui. Il porte un masque mais est-il vraiment défiguré ? Qu’a à voir avec lui cette entreprise de cryogénisation ? Que vit réellement ce Janus ? Alejandro Amenábar pose ces questions mais ne suscite jamais vraiment de suspense. Ouvre les yeux s’étire en longueur et même si la mise en scène n’est pas trop maladroite (pas vraiment neuve non plus, le rouge de la passion pour la femme fatale, le monstre et son insupportable reflet…), on s’ennuie. Deux heures pour se retrouver sur les toits avec une explication finale dont on se fiche pas mal c’est trop barbant même avec de charmants acteurs (Penélope Cruz et Eduardo Noriega). Le thème du trouble identitaire ou de la double réalité était mieux traité dans Total recall de Paul Verhoeven (1990). Loin d’être un chef-d’œuvre de science-fiction, ce dernier a du rythme et son action nous tient plus aisément en haleine. Sinon les portraits dessinés par César au crayon sont pas mal… Quant au remake Vanilla sky dont s’est chargé Cameron Crowe à la demande de Tom Cruise en 2001, mieux vaut fermer les yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*