Martyrs

Pascal Laugier, 2008 (France)

Il est très difficile de parler de ce long métrage tant il est controversé mais j’avais vraiment besoin de partager mes impressions.

Dans les années 1970, une jeune fille est retrouvée errante, semblant avoir subi des sévices inimaginables. Elle se lie d’amitié avec une autre gamine dans un orphelinat. Parvenues à l’age adulte, les deux héroïnes se lancent dans une quête vengeresse. J’arrête là mon récit si vous avez envie d’aller voir Martyrs mais j’en doute un peu… Car ce film est véritablement et sans exagération le plus extrême que j’ai jamais vu. De la première à la dernière séquence, la violence est omniprésente. De plus, elle est froide, malsaine et sans aucun second degré. Un film complaisant et voyeur sans aucun intérêt sauf pour quelques ados attardés me direz-vous ? Et bien, peut-être pas car l’histoire que j’ai ébauchée au début de cette chronique devient de plus en plus complexe et les rebondissements abondent jusqu’à un final hallucinant. L’auteur (qui est ami de Christophe Gans et à qui l’on doit Saint Ange en 2004) semble en plus rendre hommage à certains cinéastes qui l’ont marqués comme Andrej Zulawski, José Bagalero ou bien encore David Finsher. Alors, que penser de ce film, pur chef-d’œuvre, exercice de style ou vaste fumisterie. Mes sentiments sont très partagés. Le scénario est très réussi mais la violence est si forte qu’on pense l’esprit de Pascal Laugier malade ou, comme le disent certains, qu’il a voulu faire tout simplement dans la surenchère. Si vous êtes curieux, allez le voir et faites-vous votre propre opinion mais surtout avec le cœur bien accroché car on ne sort pas indemne de ce film inclassable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*