Maman et la putain, La

Jean Eustache, 1973 (France)

Le synopsis tient en une poignée de mots : Alexandre (Jean-Pierre Léaud) et ses amours compliquées (Bernadette Lafont, Françoise Lebrun). Le film tient en plus de trois heures trente. Il appartient à la Nouvelle Vague et il intéresse surtout pour ce qu’il dit à une époque quelque peu secouée en matière de sexualité et durant laquelle les rapports entre hommes et femmes évoluent. L’histoire passe par un amour maternel, un amour charnel, l’amour à trois avant de se clore par une demande en mariage. La maman et la putain a été qualifié de scandaleux et de réactionnaire à l’époque (le titre même, la scène du tampon entre Alexandre et la jeune infirmière, Sartre méprisé…). Bien évidemment son format, trois heures et demi, contribue à son particularisme. Sa répétition des espaces lasse et captive à la fois : du lit au café au lit et à un second café, et du lit au café, et encore dans un lit mais d’une autre chambre… Devant le gramophone et un tas de 33t, l’un assis l’autre couchée, l’un pointant maladroitement du doigt ou poing fermé dans ses quasi monologues (toute l’expression de Jean-Pierre Léaud passe par ce « truc » d’acteur ; il couple parfois l’index pointé aux yeux écarquillés, mais cela n’aide en rien son jeu très bressonien), l’autre fumant négligemment, tous deux baignés dans le noir et blanc, on ne peut que penser à A bout de souffle (Jean-Luc Godard, 1960 ; mais Jean-Paul Belmondo, lui, passe son pousse sur sa bouche en appuyant). Entre mai 68 et un féminisme bouillonnant, entre Deep purple (fantastique morceau s’il en ait !) et Piaf, entre baises et marivaudages, entre dialogues valorisés (par la quasi-absence de jeu des acteurs et par une mise en scène volontairement indigente) et soliloques interminables, La maman et la putain nous installe dans une ambiance somme toute assez plaisante, par forcément confortable.

Voir une analyse de ce film (et notamment une comparaison avec La recherche du temps perdu de M. Proust) sur le site du ciné-club de Caen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*