Fille de Monaco, La

Anne Fontaine, 2008 (France)

Luchini finit toujours par devenir exaspérant : au cinéma, il ne fait ni plus ni moins que du Luchini et semble irrémédiablement voué à ne jamais changer de registre… J’aimerais pourtant pouvoir un jour être contredit s’il interprétait un rôle contre nature : plus effacé, moins exubérant… Dans les émissions de télévision, il fait office d’invité parfait car on lui demande forcément de chanter ou de crier son admiration pour Céline Dion ou Johnny Hallyday… S’il ne le fait pas « spontanément »… Bref, un show attendu et calculé où ses délires d’intellectuel déjanté sont au mieux fatigants au pire pathétiques. Ce qui était drôle au début est aujourd’hui agaçant. Il reste pour lui les planches ou les lectures, peut-être les activités dans lesquelles nous le préférons.

Il m’est pourtant arrivé de l’aimer, par exemple dans Paris (2008), mais c’est surtout parce que j’avais adoré le film de Klapisch. Ici, aucune surprise, Luchini fait à nouveau du Luchini : un avocat qui intellectualise tout, un affolé des neurones avec qui on doit passer des soirées prise de tête, qui un jour est complètement déstabilisé par une blonde. Cette blonde donc, Louise Bourgoin, arrive facilement à lui faire perdre la tête en le tenant par le sexe au sens propre comme au figuré. Bref, lui incarne un personnage angoissé, à la renommée confirmée dans son domaine professionnel, qui tombe amoureux d’une plus jeune : oui, c’est bien le même rôle que dans Paris ! Du Luchini je vous disais.

Mais si on n’est pas fan, on ne peut pas dire qu’on n’était pas prévenu puisque l’acteur prend vraiment toute la place, y compris dans la bande-annonce. Ce Luchini-là est tout de même attachant dans son désarroi face à cette grande blonde décérébrée et dans sa complicité naissante avec son garde du corps (excellente prestation, bien plus effacée forcément, de Roschdy Zem), ancien amant de « la fille de Monaco »… Luchini ne fait pas forcément son « one man show » habituel, si ce n’est quelques répliques ici ou là et son phrasé si typique. C’est plutôt dans les relations entre ces trois personnes que réside l’intérêt premier du film.

Le ton est plutôt drôle et faussement léger : il demeure une tension latente qui n’augure pas du meilleur pour le dénouement de cette triangulation explosive… La fin, comme on s’y attend un peu, tourne au dramatique, mais est malheureusement un peu vite expédiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*