Je suis une légende

Francis Lawrence, 2007 (États-Unis)

Je suis une légende s’ouvre par les informations rediffusées à la télévision et regardées par Robert Neville (Will Smith), seul survivant, à New York tout du moins, d’une épidémie mortelle provoquée par l’homme. Un médecin (Emma Thomson dans une très brève apparition) explique qu’elle est parvenue par une manipulation génétique à guérir tout type de cancer. Malheureusement, il est trop tard lorsque l’on s’aperçoit que la cure comporte des effets secondaires ravageurs : le traitement se mue en un virus qui décime 90% de la population et transforme les individus restant en succédané de vampires (caractérisés par leur vulnérabilité au soleil, une attirance prononcée pour le sang et la morsure comme seule marque de sympathie pour l’humain ; « vampire » n’est jamais prononcé dans le film contrairement au livre éponyme de Richard Matheson qui lui sert de base et paru en 1954).

THÉÂTRE ET ATMOSPHÈRE
La description de New York est dès les premières images impressionnante, une ambiance semblable dans Le monde, la chair et le diable (1959) qui montrait aussi New York et ses rues désertes. On pense aussi aux décors extérieurs de L’armée des douze singes de Terry Gillian (1996). Ici dans les rues de New York, sur ce « ground zero » (l’expression est utilisée dans la vo), la nature reprend ses droits. Le silence et l’immensité urbaine vue du sol amènent une pesanteur certaine.

DES MONSTRES ET DE L’HUMAIN
Manger devant son poste de télé repassant des émissions d’avant catastrophe, faire la discussion à des mannequins mis en scène dans un magasin de dvd par exemple, chasser avec son chien ou lui faire la toilette (pas de Woolfy mais une Sam) sont quelques-uns des éléments qui permettent à Neville d’éviter de sombrer dans la folie, de se raccrocher à une forme de sociabilité, de rester humain. Les monstres qui errent dans les rues une fois le soleil couché, eux, sont d’une extrême sauvagerie. Jamais ils ne parlent (contrairement à ceux de la nouvelle originale). Le déplacement en meute est leur seul semblant d’organisation. Le traitement de ces créatures en image de synthèse est un choix qui permet d’appuyer l’opposition héros humain et réel / vilains dépourvus d’humanité et artificiels. Toutefois, ils sont représentés sans une once d’originalité. Ils sont ternes et ressemblent à n’importe quel cadavre animé montré au cinéma, ou pire dans les jeux vidéos (« survival horror » comme Resident Evil ou Alone in the dark). Bien mieux réussis, les zombies de G. Romero ont, si j’ose dire, plus de charme (La nuit des morts-vivants, 1968, on en revient toujours aux classiques !). Dans l’adaptation de Matheson, les scènes avec les monstres offrent toutefois une bonne dose d’angoisse, de suspense ou d’action placées adroitement entre deux moments calmes, en général nous faisant part du quotidien de Neville. Le héros est aussi un scientifique qui s’occupe en laboratoire de chercher un moyen pour restituer l’humanité aux créatures de la nuit.

QUELQUES SCÈNES EN VRAC
Après que Neville ait perdu Sam (gros plan sur son visage souffrant parce qu’il est en train d’étrangler son dernier compagnon pour éviter à celui-ci qu’il ne se transforme en monstre ; ce qui rassérénera ceux agassés par cette présence canine devenue règle d’or dans les blockbusters américains, le gentil chien de la famille idéale), la caméra montre la place vide du passager dans la voiture. Puis la voiture est filmée de face. Elle roule lentement dans une rue et s’arrête sans raison. La caméra recule et laisse la voiture de plus en plus petite dans la rue. Le réalisateur illustre en un plan toute la solitude de Neville. A la différence du personnage de Matheson, Richard Neville ne répare pas chaque jour son abri avec un marteau et des planches, mais profite d’un foyer confortable transformable en véritable bunker à la nuit tombée : chaque issue est condamnée par un rideau de fer ou une solide porte en taule. Lorsqu’il héberge deux survivants qui l’ont trouvé, il prend un enfant dans ses bras, ce qu’il n’avait pas fait depuis le décès de sa fille. Il est chez lui, porte l’enfant et tourne le dos à un tableau : un soleil, un Van Gogh, qui participe au réconfort du héros et à la douce chaleur diffusée, un soleil qui bien sûr tient également éloigner les monstres et permet à Neville de vivre. Une autre scène, là pour faire la démonstration musculaire du protagoniste (ou de l’acteur) au cours d’une séance de gymnastique matinale, laisse voir deux tableaux beaucoup plus sombres et pouvant illustrer le chaos extérieur. Enfin, lorsque le personnage de Will Smith se trouve chez lui avec les deux autres survivants qu’il accepte tout d’abord assez mal, l’enfant regarde Shrek à la télé, la scène durant laquelle l’ogre a du mal à accepter l’amitié de l’âne. La citation n’est pas maladroite.

FOI ET DÉNOUEMENT
Le film évoque ainsi l’homme et ce qui le caractérise, sa sociabilité (ou sa détresse lorsqu’il est seul) mais également ses croyances. Quand Neville est seul, pas une seule allusion à sa foi ou à ses convictions religieuses. Pourtant, au début, lors d’un flash-back qui montre comment l’épidémie a semé le chaos à New York, on voit, presque de façon anecdotique, Neville prier avec sa femme et sa fille. Allons bon, 6 milliards de morts sur terre et la foi du héros s’en trouve ébranlée (comme si, bizarrement, la quantité des pertes humaines avait quelque influence sur le sentiment religieux)… Avant même de voir les visages de la fille et du jeune garçon qui le retrouvent (ils le tirent d’une très mauvaise compagnie), lors d’un trajet en voiture, il ouvre les yeux sur une croix pendue à un rétroviseur. Par cet instrument de foi, Francis Lawrence signale un espoir. Neville « écoute » à nouveau et reprend ferveur avant d’affronter une dernière fois les monstres. Puis, figure christique, héros sacrifié, il transmet à ses compagnons le remède (trouvé entre temps) pour sauver l’humanité. Ces derniers quittent New York et quand ils pénètrent dans un camp de rescapés, les portes qu’ils franchissent laissent voir en premier lieu une église qui sonne alors. Toutes ses allusions à la foi et à la religion exaspèrent certains. Un réalisateur ne peut-il pas avoir aussi pour sujet dans ses films les croyances religieuses ? Cela fait-il de Signes de M. Night Shyamalan un mauvais film (le pasteur Mel Gibson passait par des phases de sérieux doutes avant de retrouver sa soutane et son col blanc) ?

L’originalité de la nouvelle de Matheson réside en une approche du personnage du vampire inédite (c’est une maladie proche d’une porphyrie aggravée rendant très agressif le malade, et cette image du vampire contredit celle du dandy en proie à ses souffrances amoureuses –Dracula– ou à des questions métaphysiques -Lestat-), ainsi qu’en un huis clos angoissant. Dans le film, la figure du vampire est la même (moins efficace, plus éculée au cinéma à cause de sa grande proximité avec le genre « film de zombies »), et l’ambiance (angoisse, solitude) très bien restituée. L’originalité de Francis Lawrence réside dans l’ajout d’autres thèmes comme celui de la sociabilité et de la foi du héros, bien amenés et bien illustrés.

  • Facebook
  • RSS Feed
  • Twitter
  • Google
  • LinkedIn

2 Replies to “Je suis une légende”

  1. Ton analyse filmique laisse supposer que tu as globalement apprécié cette nouvelle adaptation de « Je suis une légende ». Pour ma part, je suis on ne peut plus circonspect car je trouve le film bien trop éloigné du message de Richard Matheson. Ce que je reproche à ce scénario, c’est d’avoir complètement effacé la dimension sociétale de cette nouvelle forme d’humanité. Dans le roman, les vampires next gen sont loin d’être des abrutis, ils sont aussi intelligents qu’auparavant et ont bâti une nouvelle forme de société. Dans le film, ils ne sont que des bêtes assoiffées de sang et sans la moindre parcelle d’intelligence. Et justement, si ces vampires souhaitent éliminer Robert Neville, c’est parce qu’il représente un danger (le retour à l’ancienne civilisation s’il découvre un vaccin), mais aussi parce qu’il cristallise tout ce que représente l’ancien monde. Dans le roman, c’est clairement Neville qui est le méchant (même si l’auteur adopte son point de vue), c’est lui qui résiste seul contre tous et commets chaque nuit un massacre en éliminant à tour de bras ceux qu’il considère comme ses ennemis.

    C’est cette inversion de paradigme qui fait d’ailleurs tout le sel de la fin du roman. Pour le reste, si le film comporte assurément quelques scènes réussies, il n’est qu’un ersatz du roman, et souffre par ailleurs de la comparaison avec l’excellentissime 28 jours plus tard, qui en la matière avait déjà tout montré (Londres désertée et abandonnée, c’était visuellement époustouflant). Quant au message religieux du film, je l’ai trouvé personnellement un peu lourd. Voilà, très déçu pour ma part, même si le film, je le conçois, reste un divertissement assez correct.

  2. Dimanche 13 Janvier, 00:29, voilà je rentre juste du ciné et donc moi aussi je suis allé voir ce fameux film.
    Alors c’est vrai que j’avais quelque peu survolé tes impressions de cinéphile averti Ornelune concernant le film sus-nommé, maintenant je vais les relire avec une plus grande attention, surtout connaissant ton sens aïgu de l’analyse!

    Bref, première impression, moi j’ai beaucoup aimé! A mon sens un peu court, on sent les coupures pour « garder le rythme » de la version salles, donc j’espère qu’il y aura une version longue qui développera un peu plus le début de l’épidémie, etc… Oui, originale l’idée de montrer les zombies nés d’une épidémie! Mais perso je connais pas du tout le bouquin (moi à part Le seigneur des anneaux…) d’où est tiré le film.
    En vrac: la performance de Will Smith est vraiment excellente, surtout qu’il joue énormément de scènes tout seul, ce qui est vraiment un tour de force (donner la réplique à de simples mannequins par exemple!). Bon les zombies sont un peu « too much », et perso j’aurais souhaité plus de réalisme de ce côté là (le côté hyper réaliste de l’excellent Les fils de l’homme, commenté sur ce site, aurait été le bienvenu), mais c’est vrai que des zombis réels c’est pas évident à trouver… Le N.Y dévasté est tout simplement bluffant, je suis content de l’avoir vu au ciné (en V.O en plus) sur grand écran !
    En tant que grand amateur de De Niro, avez-vous remarqué où Bob (oui on l’appelle jamais Robert, il faut le savoir!) apparaissait ?? Héhé… Au début du film quand Will Smith ouvre un placard rempli d’armes pour aller chasser il y a un flyer de The goodfellas (Les affranchis). Ornelune aura lui sûrement remarqué l’affiche de Superman Vs Batman sur un des cinés! Remarque le temps s’est quelque part arrêté en 2009, alors c’est peut être prévu, qui sait? Sinon j’ai quand même bien flippé et sursauté, ça m’a même rappelé mes premiers émois devant Resident Evil (le jeu)… Et fait réfléchir, et flipper aussi, sur la solitude extrême du personnage qui a du faire écho en moi (on se demande pourquoi !). Que voulais-je rajouter? Mmmmm… Je vois pas, tiens je vais relire ce qu’Ornelune a écrit…

    (ça y est j’ai tout lu)
    Ben heureusement que je n’avais que survolé, il y a tout le film dedans !!
    Pour ce qui est des allusions à la foi, je trouve que c’est bien ficelé et ça m’a pas dérangé, comme s’il y avait quelque part (au-delà de la croyance) une certaine logique, que l’on appele ça « Dieu », plan divin ou autre… Des signes troublants (le discours de la fille qui entend plus clairement le plan de Dieu, car il y a moins de « chaos » humain ambiant, le papillon, la croix, l’église…) qui selon moi ajoutent une dimension intéressante (et pas abusive) au film, car on peut aussi prendre cela pour de la folie également… Ce qui n’est d’ailleurs pas forcément faux ! La limite est parfois fine entre folie et convictions religieuses profondes, non ? Surtout dans de pareilles circonstances… Je trouve cela bien suggéré en tout cas.

    J’ai lu aussi le commentaire de Manu, et ne connaissant rien au roman de Richard Matheson, je pense que l’autre version était aussi intéressante avec des zombies moins abrutis et plus organisés, et en fait Robert Neville qui devient le méchant quelque part ! C’est sûr que comparé à 28 jours plus tard, les zombies sont vraiment trop « images de synthèse », on dirait que certains sont même de simples copiers/collés, c’est la principale déception, même si relative, car c’est, à mon humble avis, plus qu’un simple bon divertissement, même si assez grand public après tout (le choix de Will Smith plus qu’un inconnu n’est pas anodin). Mais Will joue vraiment très bien (j’avais vu Ali en dvd quelques jours avant, c’est un grand acteur malgré un bon paquet de films hypra commerciaux!).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *