Incendies

Denis Villeneuve, 2010 (Canada)

Le réalisateur québécois présente son quatrième long métrage, Incendies, qui fait véritablement figure d’événement. Après le décès brutal de leur mère, Jeanne et Simon Marwan se voient remettre par le notaire familial deux lettres, l’une pour leur père, pourtant déclaré mort, et l’autre pour un frère dont ils ignorent l’existence. Passé le choc de ces révélations, Jeanne décide de se rendre dans son pays d’origine afin de retrouver les membres de sa famille mais surtout, essayer de reconstituer le passé d’une mère dont elle ne sait rien.

Le film est tiré de la pièce de théâtre du Franco-Libanais Wajdi Mouawad, faisant partie d’une trilogie (Littoral, Incendies et Forêts) dans lesquels l’auteur parlait des difficultés liées à l’exil. Il a en effet quitté le Liban avec sa famille à l’âge de huit ans. Ce thème est évidemment présent tout au long du film. Bien que le pays présenté soit imaginaire, on fait vite le rapprochement avec le Liban et avec la terrible guerre civile qui s’est produite il y a une trentaine d’années. Beaucoup d’aspects sont abordés : les déplacements de réfugiés, les massacres et la torture.

Pour le reste, aucun reproche. Le film est un pur chef-d’œuvre. Dès le début, on est captivé par cette quête initiatique et on en ressort sonné car l’histoire est noire et dure. Tout est filmé avec sobriété. Les acteurs sont très bons ; citons en particulier Lubna Azabal dans le rôle de la mère, Nawal.

Une réponse à “Incendies”

  1. Difficile de parler de ce film. Question mise en scène, il revient à Villeneuve de terminer son récit sobrement sans reprendre le lyrisme de sa terrible partie centrale (le flash-back sur le trajet de la mère, quelle angoisse !). Les faits se suffisent et l’annonce concernant le père et le fils (« 1+1 =1 ») est fracassante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*