Il y a longtemps que je t’aime

Philippe Claudel, 2008 (Allemagne, France)

Une bande-annonce donnait envie de voir le films : on voyait tout d’abord les visages marqués des spectateurs filmés pendant la projection et ensuite, « à chaud », leurs impressions étaient recueillies. Certains étaient en larmes, d’autres ne trouvaient même pas les mots pour exprimer ce qu’ils ressentaient, d’autres encore ne tarissaient pas d’éloges… Bref, une sorte de micro-trottoir réellement efficace ! J’y ai repensé à la fin du film, lorsque le générique défilait (magnifique chanson de Barbara Dis quand reviendras-tu ? chantée par Jean-Louis Aubert), que ma gorge était nouée et qu’il paraissait encore impossible de quitter son siège…

Juliette (Kristin Scott Thomas) désemparée, les traits tirés et le regard perdu, attend que sa sœur Léa (Elsa Zylberstein) vienne la chercher à l’aéroport. Sourires timides et gênés, poids du vide et longs moments de silence installent une situation de malaise : elles ne se sont pas vues depuis quinze ans et il est difficile de trouver quelque chose à se dire immédiatement. Mais petit à petit le dialogue s’instaure, au fur et à mesure que leur confiance et leur amour reviennent.

Juliette s’installe quelques temps chez sa sœur, aisée et fréquentant des amis un peu intellos, mariée, avec deux enfants adoptés (on comprendra plus tard pourquoi). On apprend vite que Juliette sort de prison, mais on n’en sait guère plus, le sujet semble tabou et les non-dits nombreux. Lentement, en parallèle Juliette tente au mieux de se réinsérer, s’ouvrir un peu plus à la vie, et on apprend petit à petit les raisons qui l’ont conduite en prison. Les informations sont distillées au compte goutte mais, même lorsque finalement « on sait », il subsiste encore une zone d’ombre autour des circonstances du drame qui s’est déroulé il y a une quinzaine d’années ; cette zone d’ombre ne sera levée qu’au dénouement final.

La scène finale, sobre et ô combien poignante, d’une discussion à cœur ouvert entre les deux sœurs est une performance d’actrices absolument incroyable entre Kristin Scott Thomas et Elsa Zylberstein qui atteignent un niveau de vérité époustouflant. Il y a longtemps que je t’aime est un film bouleversant et d’une grande pudeur. Pour son premier film, Philippe Claudel réussit un coup de maître.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*