Hérisson, Le

Mona Achache, 2009 (France)

hérisson

Librement adapté du roman à succès de Muriel Barbery, L’élégance du hérisson, Le hérisson tout court est le premier film de Mona Achache, que j’avais eu plaisir à découvrir en tant qu’actrice dans Eden à l’ouest de Costa-Gavras, .

Le hérisson est un huis-clos qui se déroule dans un immeuble où se croisent différents personnages, dont Renée Michel (Josiane Balasko), concierge vieille fille renfermée et morose, Paloma Josse, une jeune fille de onze ans, intelligente, solitaire et suicidaire qui entretient des rapports conflictuels avec sa famille, ainsi que Monsieur Kakuro Ozu, un Japonais veuf et élégant. Ils se rencontrent. La jeune fille et le vieux monsieur japonais seront les seuls à déceler en la concierge de l’immeuble une beauté et un monde intérieur bien plus riche qu’il n’y paraît. Leurs relations vont apporter un peu de joie et de lumière dans leurs existences troublées.

Le hérisson est un film gentillet, généreux et sans prétention. La soi-disant réussite vient de la concierge jouée par Josiane Balasko métamorphosée, grimée et enlaidie. Mais l’ensemble est un peu trop appuyé. De plus, en raison de son austérité, je crains que Le hérisson ne reste pas longtemps dans les mémoires. Il manque la touche de douce folie que sait si bien insuffler, par exemple, Jean-Pierre Jeunet. Le personnage de la petite fille, parfois un peu agaçante avec ses petites phrases intello grinçantes, est aussi assez mal exploité.

Pour un premier film, adapter un phénomène de librairie (plus de 250 000 exemplaires écoulés depuis sa sortie) était un pari osé. On ne peut parler d’un film vraiment raté mais certainement trop consensuel. Son plus gros défaut, comble du paradoxe pour un hérisson, serait son manque de piquant.

  • Facebook
  • RSS Feed
  • Twitter
  • Google
  • LinkedIn

One Reply to “Hérisson, Le”

  1. N’y aurait-il pas un lien à faire avec Ensemble c’est tout de Berri sorti en 2007 ?

    Comme un miroir grossissant, le cinéma français (voire américain si l’on pense à Dan Brown et Ron Howard) ne révèlerait-il (et non relèverait-il) pas toute la platitude de ces petits romans à gros succès ? Un contre-exemple ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *