Gangsters

Olivier Marchal, 2002 (France)

Les polars d’Olivier Marchal, lui-même ancien flic, c’est pas du cinéma ! Ou presque pas… Il dépeint l’univers policier tel qu’il l’a connu, de manière brute et sans prendre de gants… Son vécu se ressent dans tous ses métrages. D’ailleurs, tous ceux-ci (Gangsters, 36, quai des orfèvres en 2004 et MR73 en 2008) sont inspirés de faits bien réels. Ici, pas de supercherie ni d’esbroufe. Sa conception de la police est sèche et peu glorieuse : longues planques sous la pluie et le froid, flics fatigués et usés qui se font un rail de coke dans une voiture après une nuit blanche attendant 6h du matin pour une perquisition musclée, indics véreux rencontrés dans un sex shop sordide, gardes à vue et passages à tabac dans une pièce isolée de la PJ, corruption plus ou moins généralisée… Enfin, des flics qui ont survécu des années et qui finissent par se tirer une balle dans la tête avec leur arme de service. Deux répliques de Gangsters les résument bien : « ici il n’y a pas de bons ou de méchants, juste des flics… » et « y’a les vivants au dessus, les morts en dessous et nous au milieu ».

Après le court métrage Un bon flic en 1999, Gangsters est le premier film d’Olivier Marchal, dur et sans concession mais terriblement efficace. De par son vécu, il arrive à insuffler une authenticité hors du commun à ses personnages et pourtant lors d’une interview il déclarait « les films réalistes m’emmerdent ». Les siens paraissent en tout cas très réalistes. Dans ce film, comme dans toute sa trilogie (apparemment, il n’en ferait pas d’autres… Mais ça reste à voir !) on retrouve une fidélité envers certains acteurs tels que François Levantal, Gérald Laroche, Francis Renaud, Guy Lecluise et bien sûr son épouse Catherine Marchal, mais il arrive aussi à tirer le meilleur de grands noms du cinéma français : ici Richard Anconina et Anne Parillaud, mais aussi, évidemment, Daniel Auteuil et Gérard Depardieu.

Gangsters est un polar de très bonne facture, même si les deux suivants sont encore un cran au dessus… Et Marchal ensuite maintenant sur une série policière pour Canal+: Braquos (des anciens flics devenus braqueurs…) et est à l’affiche en tant qu’acteur, en janvier 2010, dans Diamant 13 aux côtés de Gérard Depardieu, Asia Argento et… Catherine Marchal ! Un film sûrement en tout point ressemblant à ceux qu’il a réalisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*