Démineurs

Kathryn Bigelow, 2009 (États-Unis)




On doit à Kathryn Bigelow de très bons films sur des thèmes variés : Aux frontières de l’aube (1987), Point break (1991) ou encore Strange days (1995). Cette fois-ci, elle s’attaque à un sujet sensible, celui de l’engagement des troupes américaines en Irak. Elle relate la vie quotidienne d’une équipe de démineurs opérant à Bagdad, en plein conflit. Les attentats frappent la capitale quotidiennement et la mission des démineurs n’est pas de tout repos.

Filmer la guerre contemporaine pour le cinéma est aujourd’hui un pari très risqué. La réalisatrice est d’ailleurs en train de le constater à ses dépends. En effet, comme beaucoup d’autres œuvres traitant d’un sujet comparable, Démineurs fait un bide monumental au box-office. Sans doute parce que le grand public ne souhaite pas revoir sur grand écran ce qu’il voit déjà aux actualités télévisés…

Pourtant, ce film n’est pas dénué d’intérêt. On assiste en effet à deux heures d’action, de tension et de suspense non stop. Les missions s’enchaînent à un rythme effréné. La cinéaste n’oublie pas d’apporter sa propre réflexion sur le conflit. Elle montre des soldats dopés à l’adrénaline qui frôlent la folie et souvent suivis par des médecins psychologues ne connaissant malheureusement rien au terrain. Le fossé entre l’armée américaine et la population est également bien visible. Les soldats sont arrogants, nerveux et perdus dans un conflit qu’ils ne comprennent pas. Les Irakiens, quant à eux, sont hostiles et moqueurs devant la peur de l’occupant. Quelques défauts toutefois sont à noter : l’histoire est parfois décousue et répétitive, ce qui fait que l’on a parfois un peu de mal à suivre. Malgré tout, l’œuvre est passionnante et vous scotche au fauteuil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*