Charlie’s angels, les anges se déchaînent (Charlie’s angels : full throttle)

McG, 2003 (États-Unis)




Après le calendrier de l’année 2000, voici la version 2003 : toujours très coloré, toujours très sexy. McG se contente d’un zapping à la hauteur du premier, un convenable fac-similé de Charlie et ses drôles de dames. Effets Matrix (Wachowski, 1999), musique (The Prodigy), multiplication des situations (jamais plus de cinq minutes dans la même tenue, ni au même endroit), il copie jusqu’aux ressorts du récit, l’ennemi à combattre est un ancien allié… Rien de neuf à L. A. ou presque…

On perd Bill Muray (une photo souvenir sur un mur), mais d’autres célébrités montrent leur trombine. Ainsi, Bernie Mac devient le nouveau Bosley, Bruce Willis passe devant la caméra et meurt, Robert Patrick joue au traître, Demi Moore, « ange » déchu haut perché sur des talons aiguilles, est le véritable adversaire de l’épisode. Soit. Le final n’est pas mal : dans un théâtre, les anges se battent sur scène, devant un décor approximatif de paradis, et expédient sous le plancher leur ennemie ; Demi Moore disparaît dans les flammes en une évocation de l’enfer… Cela ne va guère plus loin mais pourquoi pas.

L’intérêt de ce volet réside dans le rapprochement qu’il est déjà possible de faire entre McG et l’entreprise Terminator. McG est celui qui a été choisi par les studios Warner et Sony pour reprendre la franchise en 2009, c’est pourquoi il est amusant de chercher l’indice qui nous permet de déceler son penchant pour cette aventure de science-fiction. Tourner à Los Angeles (lieu de résidence de Sarah et John Connor) ne permet pas de démontrer grand chose. Embaucher Robert Patrick, le T 1000 de Terminator 2, le jugement dernier (James Cameron, 1991) n’est pas non plus un argument suffisant pour affirmer l’intérêt de McG pour les endosquelettes de métal. Voyons ailleurs. Une scène est plus convaincante pour notre propos : Drew Barrymore à terre, rampant en arrière, prise de terreur à la vue de l’ennemi qui lui fait face et qui sort des flammes. Le moment est directement calqué sur une scène de Terminator 2 (dans l’hôpital psychiatrique, Sarah Connor, incarnée par Linda Hamilton, tombe terrifiée lorsqu’elle revoit la machine à tuer qu’elle avait eu tant de mal à détruire par le passé, ce que nous voyons dans le premier Terminator de Cameron en 1985). McG pourrait ainsi avoir eu dès 2003 (année de sortie du troisième volet, Le soulèvement des machines de Jonathan Mostow) une idée sur la suite des événements.

Pour en revenir à Los Angeles (jeu de mot souligné de deux traits avec les « anges » de la série dans sa version originale), la métropole californienne apparaît sous différents angles : la célèbre colline Hollywood, le Walk of fame sur Hollywood Boulevard, l’impressionnant port à conteneurs de San Pedro (plus rare sur grand écran)… Le metteur en scène aurait-il eu la malice d’associer Hollywood et ses paillettes à de la marchandise préemballée prête à l’exportation ? Le pastiche de Mission : impossible 2 (John Woo, 2000), qui prend le titre de Maximum extrême II avec Matt LeBlanc dans le premier rôle, n’illustre-t-il pas la même idée ? En outre, la présence au casting de Justin Theroux (alias Seamus O’Grady, autre adversaire des trois drôles de dames) lie un peu étrangement Charlie’s angels et Mulholland Drive (David Lynch, 2001), œuvre sublime dans laquelle Los Angeles tient une place de choix.

A préférer observer les décors que les acteurs, à chercher le détail original, s’ennuierait-on à voir les anges se déchaîner ? Non ou si peu, le plaisir à voir Cameron Diaz, Lucy Liu et Drew Barrymore se trémousser est à peine affadi par le manque d’originalité. Bien qu’il risquerait de ternir à chaque fois un peu plus ses réalisations, McG donne l’impression qu’il pourrait reproduire indéfiniment l’adaptation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*