Souviens-toi de ton futur, visages de l’agro-écologie

Enora Boutin, 2017 (France)

ÉVEILLEURS de DORDOGNE

Le documentaire fait l’effet d’une bouffée d’air frais pris en pleine campagne au printemps. Ces visages de l’agro-écologie sont autant de bonshommes et de bonnes femmes parfois inquiets, mais plein de bon sens, aux parcours difficiles, mais toujours bataillant, Continuer la lecture Souviens-toi de ton futur, visages de l’agro-écologie

Jeanne

Bruno Dumont, 2019 (France)

« CE QU’IL FAUT QUE NOUS SOYONS »

Reprise du mythe, du texte de Péguy et retour sur la côte d’Opale bannière au poing. Au milieu des dunes où tous se rendent et se meuvent avec pénibilité, ils grimpent et descendent, butent dans le sable et tombent même, les soldats et les clercs, les chefs de guerre et les prélats dessinent une folie d’ensemble face à laquelle seul le hiératisme roman de Jeanne devient gage de stabilité. Continuer la lecture Jeanne

Nous le peuple

Claudine Bories et Patrice Chagnard, 2019 (France)

Au début du Grand Débat National, lors d’une de ses premières entrevues en janvier 2019, Emmanuel Macron s’était exprimé au sujet de la démocratie participative en disant notamment que si « toutes les expressions sont légitimes », « toutes les paroles ne se valent pas ». Continuer la lecture Nous le peuple

Portrait de la jeune fille en feu

Céline Sciamma, 2019 (France)

L’ÉTÉ

« Si, de même que les femmes courageuses ont travaillé nuit et jour, avec une suprême diligence et une longue patience, à acquérir d’autres dons que nature ne peut donner sans travail – d’où il est résulté des œuvres bonnes et non sans gloire -, elles s’étaient adonnées à ces études qui rendent immortelles les vertus humaines.

Et si elles avaient pu elles-mêmes transmettre à la postérité le souvenir de leurs propres mérites, sans avoir besoin de mendier l’aide des écrivains au cœur rongé par la haine et l’envie, et qui, la plupart du temps, passent sous silence le bien qu’ils peuvent en dire, tout en publiant partout le mal qu’ils en savent, leur renommée aurait surgi plus éclatante peut-être que le fut jamais celle des hommes illustres »

L’Arioste, Roland furieux, Chant xxxvii (1532 dans son édition définitive)

 

Le feu est partout qui crépite. Dans toutes les cheminées de toutes les pièces, certes, mais surtout dans le cœur des femmes, au portrait ou non, à leurs pieds et sous leurs yeux, et encore au bas de leur robe, où, si on ne l’arrêtait, toutes de passion s’enflammeraient. Continuer la lecture Portrait de la jeune fille en feu