Un homme libre, Andreï Sakharov

Iossif Pasternak, 2009 (Russie, France)

« Nous savons d’expérience que le problème de la criminalité organisée est lié à la corruption, aux liens dans les régions, disons pour commencer, entre les dirigeants des organes de sécurité et les structures mafieuses »

Début du discours d’Andreï Sakharov au premier Congrès des députés du peuple en 1989.

Continuer la lecture Un homme libre, Andreï Sakharov

Jugatsu (San tai yon ekkusu jûgatsu)

Takeshi Kitano, 1990 (Japon)

Réalisé entre Violent cop (1989) et A scene at the sea (1991), Jugatsu est le deuxième métrage de Kitano-san. Les composantes propres à l’univers du cinéaste japonais se mettent en place : Jugatsu offre un bouquet d’humour, de violence et de bouts de quotidien. Seule la musique est manquante. Kitano n’a pas encore rencontré Joe Hisaishi… Continuer la lecture Jugatsu (San tai yon ekkusu jûgatsu)

Zatoichi

Takeshi Kitano, 2003 (Japon)

En s’appropriant la légende du héros populaire Ichi le masseur (plusieurs films et une série télévisée ont rendu le personnage célèbre au Japon dans les années 1960 et 1970), Takeshi Kitano réalisateur s’attaque à un genre cinématographique nouveau pour lui, le chanbara (le film de sabre nippon). Comme dans ses films de yakuzas, violence, honneur et humour sont les maîtres mots de son récit. Continuer la lecture Zatoichi

Dans un jardin qu’on dirait éternel (Nichinichi Kore Kōjitsu)

Tatsushi Ōmori, 2018 (Japon)

Inspiré d’un récit autobiographique de Noriko Morishita (La cérémonie du thé), Dans un jardin qu’on dirait éternel est le premier long métrage du réalisateur Tatsushi Ômori à sortir sur les écrans français et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il aura suscité nombre d’attentes. Récompensé à plusieurs reprises au Japon et à l’étranger, le film est l’occasion d’apprécier l’ultime apparition au cinéma de l’actrice Kirin Kiki, décédée depuis, inoubliable Tokue dans Les délices de Tokyo de Naomi Kawase (2016). Continuer la lecture Dans un jardin qu’on dirait éternel (Nichinichi Kore Kōjitsu)