Mariage royal (Royal wedding)

Stanley Donen, 1950 (États-Unis)

Fred Astaire, du sol au plafond, danse. Tom Bowen est amoureux de Anne, il danse et défie les lois de l’apesanteur. Astaire, qui l’incarne, danse sur les murs et c’est naturel. Mariage royal a été le film le plus vite realisé pour Arthur Freed, 33 jours de tournage et même 6 jours d’avance sur le planning. La préparation du film ne laissait toutefois pas deviner au célèbre producteur que tout allait être finalement si simple. Continuer la lecture Mariage royal (Royal wedding)

Drôle de frimousse (Funny face)

Stanley Donen, 1957 (États-Unis)

Quatre ans après Chantons sous la pluie, Stanley Donen réalise un film avec Fred Astaire autour du joli minois d’Audrey Hepburn, et dans lequel le monde de la mode est croqué avec moquerie. Même si, lors d’une scène ou deux, il s’égare un peu (j’ai dit un peu) dans la mièvrerie, Drôle de frimousse reste amusant, jazzy à souhait (les chansons sont signées des frères Gershwin) et plein d’inventivités.

Continuer la lecture Drôle de frimousse (Funny face)

Chérie, je me sens rajeunir (Monkey business)

Howard Hawks, 1952 (États-Unis)

Quinze après L’impossible Monsieur Bébé (1938), Cary Grant, approchant la cinquantaine, rempile pour Hawks dans le rôle d’un scientifique, le chimiste Barnaby Fulton, aux aventures sentimentales en dos d’âne. Continuer la lecture Chérie, je me sens rajeunir (Monkey business)

La captive aux yeux clairs (The big sky)

Howard Hawks, 1952 (États-Unis)

Époque du western ramassé au format 4/3. Deux heures vingt sur un Missouri calme en noir et blanc. Hawks nous installe près du feu et raconte une histoire d’amitié, que les airs d’harmonica et d’accordéon (en une association franco-américaine) égaient, puis rendent un brin mélancolique. Continuer la lecture La captive aux yeux clairs (The big sky)

Cagliostro (Black magic)

Gregory Ratoff et Orson Welles, 1949 (États-Unis, Italie)

OMNE IGNOTUM PRO MAGNIFICO

Motivé par une vengeance toute littéraire, ne craignant rien ni personne, le Grand Cophte, à qui Welles prête sa superbe, fixe la monarchie de Louis XVI droit dans les yeux et se hisse au plus près du pouvoir. Continuer la lecture Cagliostro (Black magic)