Au secours ! (Help!)

Richard Lester, 1965 (Royaume-Uni)

James Bonderie approximative et foutraque où les quatre de Liverpool, dans leurs propres rôles, sont chassés de Londres aux Bahamas en passant par les Alpes. C’est Richard Lester qui concocte cette loufoquerie, le même qui un peu plus tard, plume au chapeau, fera tâter du fleuret aux sbires de Richelieu* et s’entichera par trois fois du super homme en culotte rouge**. C’est aussi Lester que les Beatles avaient inspiré un an plus tôt, en 1964, lorsque sortait le documentaire faux mais très apprécié A hard day’s night.

Une secte hindoue dirigée par Leo McKern veut s’emparer de la bague de Ringo (ring-Ringo, on imagine aisément les heures de réflexions passées autour du scénario) et sacrifier le musicien en l’honneur de Kali, cela, si possible, après l’avoir peint en rouge. Un landau tourne-disque, des rayons lasers, une guerre déclenchée sur le site de Stonehenge, un pub avec trappe et fosse à tigre, un séjour à Buckingham Palace… Les rebondissements sont nombreux sans que toutefois ils ne nous tiennent vraiment en haleine. Les chansons, elles, découpent l’action un peu étrangement.

Help ! est un produit de pur nonsense, pop, qui n’a de véritable intérêt que d’avoir entraîné la composition des titres figurant sur la face A de l’album éponyme (la sortie du film en salles précède celle de l’album de quelques jours). Quoiqu’il nous semble ici plus faible, on pense à l’humour de Peter Sellers ou bien sûr aussi à celui des futurs Monty Pythons. En 1965, Lester lançait le groupe au sommet de sa gloire dans une drôle d’échappée musicale. Un peu molle aujourd’hui, elle reste une curiosité.





* Les trois mousquetaires en 1973, On l’appelait Milady en 1974.
** Il produit Superman en 1979, puis réalise les épisodes suivants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*