Au-delà (Hereafter)

Clint Eastwood, 2010 (États-Unis)

Toujours aussi prolifique, Clint Eastwood s’attaque cette fois-ci au thème du fantastique avec la vie après la mort. Trois histoires sont relatées : celle d’une journaliste française (interprétée par Cécile De France), qui revient à la vie après avoir été victime d’un tsunami en Asie du Sud-Est, celle d’un jeune garçon qui perd brutalement son frère jumeau et qui sombre dans le mutisme et la dépression, et enfin celle d’un médium qui, effrayé et désespéré par son don, cherche à vivre une hypothétique vie normale. Leurs destins vont se croiser.

Le scénario était ambitieux et l’histoire prometteuse, peut-être trop ! En effet, si la première demi-heure est passionnante, on sombre rapidement dans l’ennui. Tout manque de profondeur et de rythme. Et je ne parle pas de la fin qui est une romance de bas étage. Autre aspect du film qui me dérange (et ce n’est pas la première fois), l’omniprésence de la publicité. Je sais bien que le cinéma a besoin de partenaires pour vivre et souvent cela se fait discrètement. Mais dans ce long métrage, c’est carrément lourd et envahissant !

Quant aux personnages, il n’y a vraiment que le jeune George McLaren qui retienne vraiment l’attention (c’est vrai, sa performance est impressionnante dans son double rôle de Marcus et de son frère jumeau Jason). Matt Damon tient là un rôle original qui le change des films d’action mais Cécile de France m’a déçu. Bon cela n’enlève rien de l’image que j’ai du cinéaste, beaucoup de ses œuvres (Gran Torino, (Million dollar baby) resteront dans les mémoires mais je pense qu’il s’est pris « les pieds dans le tapis » pour cette œuvre qui laisse un goût d’inachevé.

4 commentaires à propos de “Au-delà (Hereafter)”

  1. Pour ma part j’ai bien aimé ! Certes, Eastwood n’est pas allé en profondeur mais ne tombe pas non plus dans le pathos malgré quelques moments vraiment poignants (notamment l’enfant qui va se coucher avec le lit vide de son frère jumeau à côté). J’ai bien aimé la façon dont les personnages se rejoignent à la fin: l’enfant cherche le médium qui lui-même cherche l’écrivain. Je trouve que tout s’imbrique bien et les protagonistes sont très attachants. Les scènes d’humour lorsque Matt Damon prend des cours de cuisine sont aussi très drôles et la fille qu’il rencontre à cette occasion est excellente 😉
    Mais pour moi le grand grand film de ce début d’année est incontestablement le Black swan d’Aronofsky !

  2. Je crains toujours un peu l’abus des bons sentiments chez Eastwood. Sans avoir encore découvert Hereafter, c’est dans Million dollar baby que je les regrette le plus (cela n’efface pas les autres qualités du film, mais cela gêne assez pour l’écarter à mon avis des meilleures réalisations du cinéaste). Sur la route de Madison était plus juste sur des sentiments qu’il est pourtant simple en les exacerbant de gâcher.

  3. Effectivement, ce n’est pas l’un des chefs d’œuvre du père Clint…
    Plus que les bons sentiments – qui ne me gênent guère dans Million dollar baby -, c’est l’abondance de thèmes à peine effleurés qui rend le film très lourd bien que le réalisateur réussisse à articuler ces trois histoires et les faire se rencontrer (ce qui n’était pas si facile mais donne quelque chose d’un peu mièvre). Et, puis, il n’y a pas un personnage négatif dans tout le film ce qui le rend un peu lisse. Je suis en désaccord sur un point avec Ludovic : le film me semble totalement manquer d’humour même quand il devrait être drôle et tend donc à se noyer dans dans le pathos.
    Sinon, je n’ai pas trouvé mauvaise l’interprétation de Cécile de France, beaucoup apprécié celle de Matt Damon et le (les ? Je crois qu’il y a aussi deux jumeaux) gamin est convaincant. Quant à l’omniprésence de la publicité, c’est vrai que c’est un peu saoulant (même si c’est amusant de voir les locaux de France Télévisions dans un film américain).
    De jolis éclairages de temps en temps aussi…

  4. Ça commence comme un film catastrophe bien fait (sur 5 ou 10 minutes maxi), ça finit comme une mauvaise comédie sentimentale (c’est dommage pour Bryce Dallas Howard quand même !). La levée de violons qui accompagne l’élan de Damon à la fin du film est, comment dire, de trop (on reste gentil).

    Je ne trouve pas non plus le gamin très bon. Disons, qu’il y a deux moments où il se plante (notamment lors de la séance avec Matt Damon où il ne sait pas du tout, mais alors pas du tout, exprimer la surprise). Je ne comprends d’ailleurs pas qu’Eastwood ait sélectionné ces prises.

    Sinon, pour le reste, et malgré tout, on ne passe pas vraiment un mauvais moment.

Répondre à Ludovic Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*