Ema

Pablo Larrain, 2019 (Chili)

A Valparaiso, où la sophistication des agencements urbains offre des vues superbes, dans les intérieurs, les appartements fréquentés, au travail, sur le port, sur ses dalles où les amateurs de Raggaeton se défoulent, partout où se trouve Ema, en lumière artificielle ou naturelle, Pablo Larrain nous ramène à cette incompréhension. Continuer la lecture Ema

Chérie, je me sens rajeunir (Monkey business)

Howard Hawks, 1952 (États-Unis)

Quinze après L’impossible Monsieur Bébé (1938), Cary Grant, approchant la cinquantaine, rempile pour Hawks dans le rôle d’un scientifique, le chimiste Barnaby Fulton, aux aventures sentimentales en dos d’âne. Continuer la lecture Chérie, je me sens rajeunir (Monkey business)

La captive aux yeux clairs (The big sky)

Howard Hawks, 1952 (États-Unis)

Époque du western ramassé au format 4/3. Deux heures vingt sur un Missouri calme en noir et blanc. Hawks nous installe près du feu et raconte une histoire d’amitié, que les airs d’harmonica et d’accordéon (en une association franco-américaine) égaient, puis rendent un brin mélancolique. Continuer la lecture La captive aux yeux clairs (The big sky)

TENET

Christopher Nolan, 2020 (États-Unis)

SATOR AREPO ET CAETERA*

Le semeur de trouble mondial Andreï Sator (Kenneth Branagh) fait récupérer par ses mercenaires les neufs éléments qui, une fois assemblés, ne précipitent rien de plus que la fin des temps. Continuer la lecture TENET